Accueil Sport Golf Zander Lombard : « Il faut beaucoup de pression »

Zander Lombard : « Il faut beaucoup de pression »

0

En 2017, Zander Lombard a retrouvé ses privilèges de joueur en remportant la phase finale de l’école de qualification – un exploit qu’il a partagé avec Alejandro Cañizares après que le duo a terminé à la première place ex aequo. Résumant son expérience cette semaine-là, Lombard tient à souligner l’importance d’éviter les  » gros chiffres  » pour réussir l’épreuve d’endurance.

La pression lors de la phase finale de l’école de qualification est sans doute plus forte que dans n’importe quel autre tournoi, car si le joueur ne parvient pas à se hisser parmi les 25 premiers ou à se classer ex aequo, il devra attendre une année de plus avant de pouvoir saisir une nouvelle opportunité.

Zander Lombard, déclarations

« Il est rare que vous jouiez six tours en une semaine, même si vous jouez des tours d’entraînement, ce n’est qu’un tour de 18 trous ou de neuf trous avant l’événement », admet-il.

« Jouer en compétition pendant six jours d’affilée est donc très éprouvant pour le corps et l’esprit ». Lombard, qui a maintenant 27 ans, a commencé la saison 2022 du DP World Tour en pleine forme avec une deuxième place à l’Open de Joburg en novembre dernier, ce qui lui a permis de se qualifier pour le 150e Open Championship cet été. Il a ensuite terminé troisième ex aequo au Ras al Khaimah Classic.

Lire aussi:   La France commence à dominer dans l'Open de Castilla y León-Villa de El Espinar

« Cela enlève beaucoup de pression pour le reste de l’année », a déclaré le Sud-Africain. « Je joue pour gagner, pas pour perdre. C’est une excellente place pour moi et j’ai vraiment hâte de commencer le reste de l’année ».

Il fait partie des sportifs les plus titrés de tous les temps, ainsi que des plus riches du monde. Quand il s’agit de premières, Tiger Woods est toujours présent : 15 majeurs remportés, 110 tournois professionnels, le golfeur le plus titré de l’histoire de ce sport.

Des statistiques qui expliquent pourquoi il a réussi à rester en tête du classement mondial pendant 683 semaines (dont 281 consécutives) et surtout parce qu’il est devenu en 2014 le premier sportif au monde à avoir franchi la barre du milliard de dollars.

Chiffre astronomique qui justifie aussi le fait que Tiger Woods puisse s’offrir un yacht comme le Privacy, un vrai bateau de conte de fées. Et évidemment, nous parlons de quelque chose qui a coûté très cher. Si vous imaginez un yacht de luxe et un certain confort à bord, alors le Privacy l’a.

Long de 48 mètres, avec une superficie totale de 600 mètres carrés, ce yacht a été acheté par le golfeur en 2004. Équipé de cinq cabines pouvant accueillir un total de dix personnes, il dispose également de quatre quartiers pour neuf membres d’équipage.

Lire aussi:   Jon Rahm, excellent deuxième tour et troisième place

Tiger Woods a l’habitude de l’appeler « mon dériveur », même si tout ressemble à un dériveur : avec une vitesse de croisière de 18 nœuds, il a également à son bord une salle de sport où le golfeur continue de s’entraîner. Woods préfère d’ailleurs rester sur ce yacht lors des tournois organisés à New York.

Avec ses intérieurs en bois de cerisier, Privacy dispose également d’un ascenseur pour trois personnes, d’un énorme jacuzzi, suffisamment grand pour accueillir huit personnes, et des inévitables salle de cinéma et coin bar. Le petit plus de ce méga yacht est fourni par l’espace que Tiger Woods a voulu consacrer à la plongée sous-marine : ceci explique également la présence d’une chambre de décompression (gonflable) et d’une zone dédiée au remplissage des bouteilles d’oxygène.

Le luxe est également complété par trois jet-skis et deux scooters pour de courtes excursions à terre. Évidemment, tout cela a un prix : Le Privacy a coûté 17 millions d’euros et son entretien annuel s’élève à 1,7 million d’euros.

Article précédentPablo Larrazábal :  » Tout est question de préparation « .
Article suivantBilly Horschel :  » J’ai hâte de revenir défendre « .