Accueil Dernières minutes Xavi : « Nous ne saurons pas ce qui se serait passé si...

Xavi : « Nous ne saurons pas ce qui se serait passé si nous étions arrivés en juin ».

0

« Laporta est un président qui n’a pas deux visages, et j’en suis ravi ».

A propos de la visite de Galatasaray : « Nous ne pouvons pas sortir de cette bonne dynamique ».

BARCELONE, 9 mars. (Cinktank.com) –

L’entraîneur du FC Barcelone, Xavi Hernandez, a déclaré que les discussions sur la façon dont l’équipe serait s’il était arrivé en juin et non en novembre sont des « hypothèses », mais il a clairement indiqué que l’équipe est « meilleure » que lorsqu’il est arrivé il y a quelques mois et qu’il est « ravi » d’avoir un président Joan Laporta qui le soutient pleinement.

« Laporta nous laisse travailler, nous formons une équipe fantastique, et nous ne saurons jamais ce qui se serait passé si j’étais arrivé en juin. Nous ne le saurons pas, c’est une hypothèse. Mais je suis très reconnaissant au président pour ses paroles et pour une relation qui a toujours été très bonne », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

L’éloge de Laporta s’est accompagné d’une sorte de reproche de ne pas l’avoir fait signer plus tôt, et d’avoir prolongé le séjour de Ronald Koeman sur le banc, ce qui n’a pas porté ses fruits et a conduit à un adieu à la Ligue des champions.

« Koeman avait un modèle différent et il y a des habitudes qui sont difficiles à changer, et je ne dis pas qu’ils sont meilleurs ou pires, différents. Mais vous voyez que l’équipe s’est beaucoup améliorée et que nous pouvons encore grandir et nous améliorer beaucoup plus. Nous sommes dans un bon moment mais nous n’avons rien fait, les objectifs ne sont pas atteints, nous devons continuer à nous battre et à ramer », a déclaré le joueur de Terrassa.

Maintenant, en Europa League, le Barça affronte Galatasaray en 16e de finale. « Nous sommes très excités car nous participons à une compétition européenne que nous attendons avec impatience. Nous avons un très bon sentiment après le match de Naples. Nous sommes dans une très bonne dynamique et il devrait être difficile pour nous d’en sortir si nous travaillons comme nous le faisons », a déclaré Xavi.

Lire aussi:   Xavi : "C'est normal que les gens soient déçus, mais le Barça va se reprendre".

« Avec cette dynamique, nous ne pouvons pas nous en sortir, nous devons passer à l’attaque, nous créer des occasions, continuer avec notre modèle de jeu, que nous améliorons, et obtenir un bon résultat pour que cela ne nous coûte pas d’aller en Turquie. L’objectif est de gagner devant nos fans, et d’insister sur ce modèle de jeu qui nous donne des choses », a-t-il déclaré à propos du match aller au Camp Nou, jeudi.

De plus, ils affrontent une équipe de Galatasaray qui souffre beaucoup dans le championnat national mais qui a brillé en Europe et dont le nouvel entraîneur, depuis janvier, est Domènec Torrent, que Xavi connaît bien et avec qui il est ami. « Dome’ est un ami, il regardait nos séances d’entraînement au Qatar il y a quelques mois et maintenant nous nous affrontons », a-t-il déclaré.

« Il a un modèle de jeu similaire au nôtre, il a besoin de temps car c’est un changement de modèle dans une Ligue turque qu’il ne connaît pas si bien. On ne peut pas comprendre la qualification de Galatasaray à cause de leur histoire et de leur nom, demain ils vont nous rendre la vie difficile, c’est sûr. Ils ont la qualité pour se sortir de cette situation et Domènec a besoin de temps », a-t-il souligné.

A propos des Turcs, Xavi estime que Galatasaray est une équipe « compacte ». « Dome » essaie de mettre en œuvre son modèle. Ils ont des individus qui nous ont beaucoup surpris, comme Aktürkoglu. C’est une équipe qui peut nous rendre la tâche difficile, mais nous devons les faire souffrir quand ils n’ont pas le ballon », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   La Lakme Fashion Week x FDCI s'apprête à séduire la capitale avec des défilés fluides de saison physique

Xavi, qui a confirmé qu’il ferait des changements pour ce duel, ne se considère pas comme un favori pour remporter la compétition. « Séville, par exemple, est plus favori que nous, c’est sûr. Nous sommes candidats, nous sommes dans un bon moment, mais il ne s’agit pas de moments mais de le prouver sur le terrain. Chaque match est un test et nous n’avons encore rien fait, nous avons juste un très bon feeling et une bonne dynamique de résultats. Mais nous devons continuer à avancer », a-t-il prévenu son équipe.

Toujours sur sa relation avec le président, il a assuré être « ravi » de lui. « C’est un leader naturel, très courageux, ils ont fait une équipe incroyable avec Mateu et Jordi et il nous donne confiance. C’est un président qui n’a pas deux visages, et j’en suis ravi », a-t-il déclaré.

Il a été moins clair sur l’arrivée éventuelle de l’attaquant du Borussia Erling Haaland. « Vous confirmez que j’ai rencontré Haaland, n’est-ce pas ? Je ne savais pas. C’est une question ou une affirmation ? C’est toujours un bon moment pour signer au Barça, je n’en doute pas car c’est le meilleur club du monde. Il n’y a aucun joueur qui a dit non au Barça depuis que je suis entraîneur, je peux vous l’assurer », a-t-il déclaré, niant avoir rencontré le Norvégien la semaine dernière.

Et il a confirmé qu’il regardera Real Madrid-PSG et soutiendra ses « amis » Messi et Neymar. « Je ne sais pas si c’est son jardin, mais Leo a fait des merveilles, pas seulement à Bernabeu. Je ne vais pas vous mentir, je vais regarder le match ce soir. C’est un grand jeu et que la meilleure équipe gagne. Je souhaite le meilleur pour Messi et Neymar, qui sont mes amis. S’ils peuvent gagner, tant mieux », a-t-il déclaré.

Article précédentLes Etats-Unis donnent à l’OIM 250 tonnes d’aide pour les populations d’Amhara et d’Afar touchées par la guerre en Ethiopie.
Article suivantLe Belarus déclare extrémiste le diffuseur allemand Deutsche Welle