Accueil Sport Golf Viktor Hovland : « C’est un endroit qui ne ressemble à aucun autre »

Viktor Hovland : « C’est un endroit qui ne ressemble à aucun autre »

0

Viktor Hovland, leader du DP World Tour Rankings, se sent plus habitué aux défis uniques que pose Augusta National, alors qu’il est en quête d’un premier championnat majeur au Masters Tournament.

Viktor Hovland, déclarations

Hovland, quatrième joueur au classement officiel mondial de golf, fera cette semaine sa troisième apparition sur un site qui lui rappelle de bons souvenirs après avoir été le plus faible amateur lors de ses débuts en 2019.

Aujourd’hui, après avoir été 21e ex-aequo l’année dernière et avoir manqué l’édition 2020 reportée, le Norvégien de 24 ans a l’intention de s’appuyer sur les progrès qu’il a réalisés dans son jeu pendant cette période. Rahm veut ajouter son nom à l’héritage des Masters d’Espagne
McIlroy veut adopter une approche patiente et disciplinée « C’est un endroit qui ne ressemble à aucun autre », a déclaré Hovland lors de sa conférence de presse d’avant-tournoi.

« Le parcours est difficile. Il est en quelque sorte fait pour vous mettre mal à l’aise. « Je pense que jouer la Ryder Cup m’a beaucoup aidé à mieux gérer les nouvelles expériences. Donc même si je suis mal à l’aise, ce n’est pas la fin du monde.

Je sais comment gérer cela ». Hovland est entré dans l’histoire en devenant le premier Norvégien à s’imposer sur le DP World Tour en remportant le BMW International Open en juin dernier et a décroché son premier titre des Rolex Series lors du 2022 Slync.io Dubai Desert Classic en janvier.

Lire aussi:   Tiger Woods, l'ostéopathe n'est pas optimiste

Alors, son impressionnante carrière est-elle due à un talent naturel de golfeur ou à sa résilience mentale ? « C’est difficile de répondre », a-t-il déclaré. « J’ai l’impression que les deux vont de pair. Si vous jouez bien, il est facile d’être mentalement fort.

« Mais si vous n’avez pas certaines compétences, vous ne pouvez pas vous souhaiter de devenir soudainement bon dans ce domaine ». Hovland a démontré qu’il pouvait surmonter des défis imprévus lors du premier tour de l’année dernière à Augusta, lorsqu’il a fait un triple bogey sur son trou d’ouverture, avant de faire trois birdies en cinq trous pour réaliser un 73 respectable.

« Je savais que j’avais fait un tas de préparations avant la semaine et mon jeu se sentait plutôt bien », a déclaré Hovland. « Donc, au lieu de paniquer et de ne pas abandonner, j’ai juste essayé de réinitialiser et de faire confiance à mon jeu ».

Hovland, déjà trois fois vainqueur sur le PGA TOUR, pense que ses débuts à Augusta en tant que rookie lui ont appris une leçon précieuse en gardant les attentes sous contrôle. Invité à réfléchir sur les conseils qu’il donnerait à un joueur débutant à Augusta, Hovland a répondu : « Je pense que j’étais peut-être trop pris par l’envie d’être trop parfait.

Lire aussi:   Novak Djokovic était très intense - Gebhart Gritsch

C’est un Majeur. « Vous jouez contre les meilleurs joueurs du monde, alors il est facile de penser que chaque partie de votre jeu doit être parfaite ». Hovland a vu sa préparation pour le premier Majeur masculin de l’année écourtée mardi, puisqu’il n’a pu jouer que les cinq premiers trous du premier neuf avant que le mauvais temps ne force la fermeture du parcours.

Heureusement, c’est la partie des trous sur laquelle il essaie de gagner en confiance. « Je pense que l’on a tendance à trop viser les quilles au lieu de jouer un coup plus sûr », a-t-il déclaré.

« Ces trous sont les plus difficiles du parcours. Hovland, qui compte cinq top 10 en huit départs cette année, a de nombreuses raisons d’être optimiste avant son premier tour où il sera rejoint par Xander Schauffele et Jordan Spieth, vainqueur en 2015.

Mais à qui attribue-t-il le mérite de son attitude optimiste ? « Je suppose que c’est beaucoup de gènes », a-t-il déclaré. « Ma mère et mon père sont des gens plutôt heureux. La Norvège est un pays plutôt heureux. C’est en grande partie de cela qu’il s’agit. « Évidemment, j’ai un très bon travail pour gagner ma vie, donc je n’ai pas beaucoup de choses dont je peux me plaindre.

Article précédentSimeone : « Ce serait bien de maintenir cette ligne, il y a eu du temps pour se reposer ».
Article suivantL’UEFA versera 240 millions aux clubs pour avoir prêté des joueurs à leurs équipes nationales jusqu’à l’Euro 2024.