Accueil Dernières minutes L'International Un obus frappe une base militaire à l’ouest de la capitale irakienne.

Un obus frappe une base militaire à l’ouest de la capitale irakienne.

0

Paris, 5 janv. (Cinktank.com) –

Un obus a frappé tôt ce mercredi une base militaire située à l’ouest de la capitale irakienne, Bagdad, qui accueille des troupes américaines. Il s’agit de la troisième attaque de ce type dans le pays au cours des trois derniers jours.

La Security Media Cell, qui est liée aux forces de sécurité irakiennes, a déclaré que l’obus avait touché le camp Al Nasr, près de l’aéroport international, sans faire état de victimes ou de dégâts.

Elle a également souligné que le projectile a été tiré depuis le quartier Al Jihad de la capitale et a ajouté qu’un lance-roquettes et un second projectile se trouvaient sur le site mais n’ont pas été tirés et ont été démantelés par la suite.

Pour l’instant, aucune responsabilité n’a été revendiquée pour cette attaque, qui intervient un jour après que la coalition internationale a abattu deux drones chargés d’explosifs près d’une base militaire dans l’ouest de l’Irak, comme l’a confirmé la coalition elle-même dans des déclarations données à Europa Press.

Lundi, la coalition a abattu deux autres drones munis d’explosifs à proximité de l’aéroport de Bagdad, comme l’a confirmé la coalition elle-même dans un courriel envoyé à Europa Press. « Il n’y a pas eu de victimes », a-t-il ajouté.

Lire aussi:   Une Israélienne blessée après avoir été poignardée à Seikh Kharra à Jérusalem-Est

L’événement de lundi a coïncidé avec le deuxième anniversaire de la mort de Qasem Soleimani, alors chef de la Force Quds des gardiens de la révolution iranienne, dans un bombardement américain à l’aéroport de Bagdad.

Soleimani a été l’une des victimes d’une frappe de drone américaine, qui a également touché Abou Mahdi al Muhandis, alors « numéro deux » des Forces de mobilisation populaire (FMP) – une coalition de milices irakiennes pro-gouvernementales soutenues par l’Iran.

L’attentat de Bagdad a conduit le Parlement irakien à exiger le départ des troupes internationales du pays, un processus qui s’est achevé en décembre de cette année avec le retrait des « troupes de combat » de la coalition internationale contre le groupe djihadiste État islamique, la mission passant à des rôles de conseil et de formation.

Article précédentDuterte déclare qu’il ne s’excusera « jamais » pour les morts de la guerre contre la drogue aux Philippines.
Article suivantEn images : Comment ne pas porter un masque ?