Accueil Dernières minutes L'International Un juge libanais impose une interdiction de voyager au gouverneur de la...

Un juge libanais impose une interdiction de voyager au gouverneur de la banque centrale.

0

Paris :, 12 janv. (Cinktank.com) –

Un juge libanais a ordonné l’interdiction de voyager pour le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, à la suite d’un procès intenté contre lui par un groupe de militants pour corruption présumée.

Le juge Ghaza Aoun a ordonné à la Sûreté générale d’empêcher Salamé de quitter le pays par voie terrestre, maritime ou aérienne en raison des « exigences judiciaires » et des « preuves dans les enquêtes préliminaires », a rapporté le portail d’information libanais Naharnet.

Salame fait l’objet d’enquêtes judiciaires en France et en Suisse, entre autres pays, pour des soupçons de blanchiment d’argent et d’enrichissement illicite, qu’il a rejetés comme étant infondés et liés à des « motifs politiques ».

« Je suis prêt à coopérer avec toutes les enquêtes », a-t-il déclaré récemment, avant de souligner que les accusations sont fondées sur des « preuves fabriquées » pour faire croire qu’il a « pris tout l’argent du Liban et l’a mis dans sa poche ».

M. Salame a été largement critiqué pour le rôle de la banque centrale dans le contexte de la grave crise économique et financière que traverse le pays, mais il a rejeté ces accusations et a pointé du doigt les actions des différents partis politiques et leur impact sur l’économie.

Lire aussi:   Des manifestants se rassemblent à New York pour protester contre la décision de la Cour suprême des États-Unis sur l'avortement.

La décision du procureur intervient à un moment critique pour l’économie libanaise, dont la monnaie s’effondre dans une crise qui a conduit la Banque mondiale à déclarer en juin 2021 que cette dernière est l’une des pires enregistrées au niveau mondial depuis le milieu du XIXe siècle, avec une chute drastique de près de 40 % du PIB par habitant depuis 2018.

Selon les estimations, les pertes de la banque centrale se situent entre 50 et 60 milliards de dollars. Le Fonds monétaire international (FMI) a proposé son aide, bien que la crise politique et l’absence de réunions gouvernementales aient empêché les contacts pour parvenir à un accord.

Article précédentUS Women’s Open, le record des prix en argent
Article suivantLa livre numérique pourrait nuire à la stabilité financière et à la protection de la vie privée, avertissent les législateurs britanniques.