Accueil Dernières minutes L'International Un juge fédéral refuse de lever les accusations d’outrage à Steve Bannon,...

Un juge fédéral refuse de lever les accusations d’outrage à Steve Bannon, ancien conseiller de Trump à la Maison Blanche

0

Paris, 15 juin (Cinktank.com) –

Un juge fédéral a refusé de rejeter les accusations d’outrage à Steve Bannon, ancien conseiller de l’ex-président américain Donald Trump à la Maison Blanche, pour avoir refusé de coopérer avec la commission de la Chambre qui enquête sur l’agression au Capitole.

Le juge du tribunal de district Carl Nichols a rejeté mercredi dans un mémoire un certain nombre d’arguments avancés par M. Bannon, notamment le fait qu’en étant en contact avec M. Trump, il était protégé par le privilège exécutif, a rapporté la chaîne américaine CNN.

Un grand jury fédéral américain a prononcé deux inculpations pour outrage à magistrat contre Bannon en novembre 2021 pour avoir refusé de coopérer avec la commission du Congrès chargée d’enquêter sur l’agression survenue au Capitole le 6 janvier.

Bannon, qui a aidé à diriger la campagne de Trump en 2016 et a été son stratège politique en chef jusqu’à son départ de la Maison Blanche en 2017, a été accusé de deux chefs d’accusation d’outrage, l’un pour ne pas s’être présenté pour témoigner et l’autre pour ne pas avoir produit une série de documents qui lui ont été demandés.

Bien que M. Bannon ne travaillait plus pour la Maison-Blanche pendant la période visée par l’enquête, la commission de la Chambre soutient qu’il a eu une conversation avec M. Trump dans les instants qui ont précédé l’assaut du Capitole, étant également présent dans la chambre de l’hôtel Willard à Washington, où étaient réunis plusieurs associés du magnat, pendant que les incidents se déroulaient.

Lire aussi:   Oxfam avertit que "le coût humain de la guerre augmente de façon spectaculaire" après sept ans de conflit au Yémen.

Certains conseillers de Donald Trump lui ont conseillé de ne pas se précipiter sur les allégations de fraude électorale.

La commission a défendu à l’époque qu’elle voulait enquêter sur un commentaire qu’il a fait dans son émission de radio le 5 janvier, lorsqu’il a prédit que « tout l’enfer se déchaînerait », ce qui pourrait indiquer qu' »il avait une certaine connaissance préalable » de l’assaut sur le Capitole », selon NBC News.

Son procès est prévu pour juillet, bien que son avocat, David Schoen, ait indiqué que la date pourrait être repoussée en raison de la publicité entourant les auditions publiques de la commission le 6 janvier, a rapporté Politico.

« Le juge, comme cela a été le cas à chaque étape de cette affaire, s’est bien préparé, a montré qu’il connaissait bien les questions en jeu et a pris sa décision comme il l’entendait. Nous avons préservé tous nos arguments en vue d’une révision et nous respectons sa décision », a ajouté M. Schoen après le jugement, comme le rapporte CNN.

Lire aussi:   La Russie prépare ce samedi de nouvelles manœuvres de combat "dissuasives" en présence de Poutine

S’il est reconnu coupable, il risque une peine maximale d’un an de prison et une peine minimale de 30 jours, ainsi qu’une amende de 100 000 dollars. Son avocat, David Schoen, faisait partie de l’équipe juridique de Trump lors de son deuxième procès de destitution.

Article précédentLes États-Unis ne considèrent pas le contrôle de la Russie sur l’est de l’Ukraine comme étant « inévitable »
Article suivantLes familles de deux militaires américains dénoncent leur possible capture par les troupes russes en Ukraine.