Accueil Sport Golf Tyrrell Hatton : « Nous n’avons pas besoin de révolutions »

Tyrrell Hatton : « Nous n’avons pas besoin de révolutions »

0

« Malgré la lourde défaite dans le Wisconsin, je ne pense pas que la Ryder Cup Europe doive procéder à des changements drastiques en termes de systèmes de qualification pour la Ryder Cup 2023 à Rome. »

Tyrrell Hatton, déclarations

Voici les déclarations de Tyrrell Hatton qui va à contre-courant des vives critiques qui sont venues, après la débâcle aux USA, sur les critères à réviser pour fournir au capitaine continental la meilleure équipe possible.

« Lors des dernières éditions – explique le golfeur anglais – la Ryder Cup a toujours été gagnée par l’équipe locale. Il est évident que nous avons tous un grand désir de rédemption mais je ne pense pas que nous ayons besoin de révolutions » Une nouvelle carrière de coach mental, aux côtés de certains des meilleurs golfeurs du monde pour les entraîner vers le succès et les soutenir dans les moments difficiles.

C’est ce que semble avoir entrepris (également au nom de l’amitié) Michael Phelps, l’athlète le plus décoré de l’histoire des Jeux olympiques. Grand amateur de golf, beaucoup le définissent aujourd’hui comme « l’arme secrète » de totems verts tels que Jon Rahm, numéro un mondial, et Jordan Spieth, le Texan qui, après une longue période de crise, revient en 2021 pour étonner.

Lire aussi:   Jill Teichman ne donne aucune chance à Jasmine Paolini à Rome

« C’est un bon gars, il a traversé beaucoup d’épreuves en tant que sportif et c’est le plus grand olympien de tous les temps avec beaucoup de tours dans sa manche. Je ne vais pas révéler ce que je lui ai demandé mais je peux dire qu’il m’a beaucoup aidé dans la dernière période.

 » Telles sont les révélations de l’Espagnol Rahm. Pour le nageur de légende, surnommé  » le requin de Baltimore « , des mots importants sont également venus de Spieth, aujourd’hui 12 / o au classement mondial.  » L’aspect mental est quelque chose sur lequel j’ai beaucoup travaillé avec lui ces derniers temps.

Je suis vraiment chanceux de l’avoir à mes côtés. En plus, c’est un grand amoureux du golf et l’avoir maintenant de plus en plus dans notre monde est une valeur ajoutée. » C’est l’avis de Spieth qui a disputé hier, aux côtés de Phelps, le Pro-Am du BMW Championship, deuxième épreuve des Play-Offs du Pga Tour qui débute aujourd’hui à Owing Mills (USA), dans le Maryland.

Lire aussi:   David Howell prêt à jouer pour la 701e fois

Article précédentLes ministres des Affaires étrangères du G7 préparent une nouvelle réunion mi-mai en Allemagne
Article suivantZemmour déchaîne une âpre polémique en France après avoir défendu la ségrégation scolaire pour cause de handicap