Accueil Dernières minutes L'International Trois personnes tuées dans une opération à Al Hol, en Syrie, contre...

Trois personnes tuées dans une opération à Al Hol, en Syrie, contre un kamikaze présumé de l’État islamique

0

Paris :, 29 Mar. (Cinktank.com) –

Au moins trois personnes, dont un enfant, ont été tuées lors d’affrontements dans le camp de personnes déplacées d’Al Hol, dans le nord-est de la Syrie, au cours d’une opération visant à arrêter un membre présumé de l’État islamique qui préparait un attentat suicide.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, les forces de sécurité kurdes ont mené une opération dans une section du camp, situé dans la province de Hasaka, et ont arrêté un kamikaze présumé avant qu’il ne se fasse exploser.

L’opération a déclenché des affrontements armés sur le site entre les forces kurdes et des cellules du groupe djihadiste qui ont entraîné la mort d’un kamikaze présumé, d’une femme et d’un enfant, selon l’agence.

Des sources citées par l’Observatoire basé à Londres, qui dispose d’informateurs dans le pays, ont souligné que les forces de la coalition internationale dirigée par les États-Unis s’étaient installées à al-Hol et avaient imposé un couvre-feu.

La sécurité du camp incombe aux Forces démocratiques syriennes (FDS), dont la principale composante est les Unités de protection du peuple (YPG), qui ont protesté à de nombreuses reprises contre le manque de soutien pour faire face à la situation, marquée par des incidents de sécurité, des attaques et des tentatives d’évasion au cours des derniers mois.

Lire aussi:   Les États-Unis approuvent le vaccin COVID-19 pour les enfants de moins de cinq ans

Le Conseil démocratique syrien (CDS) – le bras politique des FDS – et l’Administration autonome pour le nord et l’est de la Syrie (AANES) demandent depuis des années de l’aide pour contrôler la situation dans le camp d’Al Hol et d’autres camps similaires après la chute du « califat » de l’État islamique, à la fois pour des raisons humanitaires et de sécurité.

À cet égard, l’organisation non gouvernementale Save the Children a appelé la semaine dernière à accélérer le rapatriement des enfants du camp et a prévenu qu’il faudrait 30 ans pour achever ce processus dans le camp d’Al Hol et Roj au rythme actuel, alors que des rapports font état d’une détérioration de la situation dans ces installations.

Les FDS, soutenues par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, se sont emparées de la ville de Baghuz, dans l’est de la Syrie, en mars 2019, marquant la chute du califat territorial de l’État islamique, qui a perdu toutes les zones qu’il contrôlait en Syrie et en Irak après sa défaite en Irak en décembre 2017.

Lire aussi:   Le président de la République tchèque paralyse le nouveau gouvernement après avoir opposé son veto au ministre des Affaires étrangères désigné
Article précédentDiego López : « J’aimerais rester à l’Espanyol ; sinon, on verra ce qui se passe ».
Article suivantLe Maroc espère que d’autres pays suivront l’exemple de l’Espagne et sortiront de leur « zone de confort ».