Accueil Dernières minutes L'International Selon Save the Children, il faudrait 30 ans pour rapatrier les enfants...

Selon Save the Children, il faudrait 30 ans pour rapatrier les enfants des camps en Syrie au rythme actuel.

0

L’ONG souligne que « ces enfants n’ont rien fait de mal » et dénonce le fait qu' »ils sont piégés dans des conditions précaires ».

Paris :, 23 Mar. (Cinktank.com) –

L’organisation non gouvernementale Save the Children a prévenu mercredi qu’il faudrait 30 ans pour rapatrier tous les enfants se trouvant dans les camps de déplacés du nord-est de la Syrie si le rythme actuel se poursuit, alors que des rapports font état d’une détérioration de la situation dans ces installations.

L’ONG tire la sonnette d’alarme trois ans après la prise de la ville de Baghuz, dernier bastion du groupe djihadiste État islamique, par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dont le principal membre est la milice kurde Unités de protection du peuple (YPG) et qui est soutenue par la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Il a déclaré que les conditions dans les camps d’Al Hol et de Roj « sont dures et dangereuses » et a rappelé qu’en 2021, plus de 70 enfants sont morts dans le camp d’Al Hol, dont huit ont été tués. Quelque 18 000 enfants irakiens et 7 300 enfants de 60 autres pays résident dans ces camps.

La responsable de la réponse de Save the Children en Syrie, Sonia Khush, a souligné que « les enfants sont piégés dans ces terribles camps depuis au moins trois ans, certains depuis plus longtemps encore. » « Au rythme où vont les gouvernements, nous verrons certains enfants atteindre l’âge adulte avant de pouvoir quitter ces camps et rentrer chez eux », a-t-elle déclaré.

Lire aussi:   Le Parlement européen dénonce la montée de la répression à Cuba avec le vote contre le PSOE et Podemos

L’ONG a donc demandé à leurs gouvernements d’accélérer les efforts pour rapatrier ces enfants et leurs familles le plus rapidement possible. « J’ai l’impression d’être enchaîné ici. Je me sens déprimé quand je pense à ma vie ici. Je vis dans l’espoir de retourner un jour dans mon pays », déclare Idris, un garçon tadjik de onze ans que son père a emmené en Syrie lorsqu’il avait trois ans.

Maryam, une jeune Française de douze ans vivant dans le camp de Roj, se trouve dans une situation similaire. « Nous sommes ici depuis quatre ans. Ma maison en France me manque. Je ne fais que rêver qu’un jour nous y retournerons », dit-elle, selon une déclaration publiée par Save the Children.

Hiba, une jeune tunisienne de 12 ans qui vit à Al Hol avec sa mère et ses quatre frères et sœurs depuis trois ans, déclare que « l’idée de rester ici pendant des années la rend folle ». « J’aimerais pouvoir crier et être entendu en Tunisie. Parfois, je pleure pour laisser sortir tout ça », souligne-t-elle.

À cet égard, Khush a déclaré que le personnel de l’ONG a récemment passé du temps avec une jeune fille française de quatorze ans qui a été envoyée au moins trois fois à l’hôpital pour y être soignée. « À chaque fois, les médecins l’ont renvoyée au camp en disant qu’ils n’avaient ni les ressources ni la capacité de la soigner. Elle est donc couchée dans sa tente, 24 heures sur 24, dans la misère et sans espoir », a-t-il déploré.

Lire aussi:   Un ancien marine américain condamné à la prison en Russie affirme que son cas est "fabriqué".

« Ces enfants n’ont rien fait de mal, mais au lieu d’être libres d’être des enfants, d’aller à l’école, de jouer, de vivre dans un environnement sûr et d’avoir accès à un abri décent, à des installations sanitaires, à des aliments nutritifs et à de l’eau propre, ils sont piégés dans des conditions précaires à des milliers de kilomètres de chez eux et en danger chaque jour », a-t-il dénoncé.

« Au lieu de les ramener chez eux, les gouvernements rejettent leurs responsabilités. Ils prétendent qu’ils n’ont aucune responsabilité envers ces enfants. Ils retirent la citoyenneté à leurs mères pour les empêcher de revenir et les obligent à faire le plus cruel des choix : rester avec leurs enfants dans les camps ou les renvoyer chez eux pour ne plus jamais les revoir », a-t-il déclaré.

La semaine dernière, deux enfants et leurs mères ont été rapatriés en Suède, tandis qu’en février, onze enfants ont été rapatriés aux Pays-Bas et quatre autres en Suède, tous avec leurs mères. L’ONG a salué ces évolutions, mais a souligné qu’elles ne sont pas suffisantes.

« Ces processus prennent du temps, bien sûr, mais chaque minute supplémentaire est une minute de plus pour les enfants qui vivent dans des conditions désespérées. Plus on laissera les enfants pourrir à Al Hol et Roj, plus ils seront exposés à des dangers. Quand les dirigeants prendront-ils leurs responsabilités et les ramèneront-ils chez eux ? » a demandé Kush.

Article précédentLa Russie a l’intention de se porter candidate pour les championnats européens de 2028 et 2032.
Article suivantBryson DeChambeau est-il responsable de l’interdiction du livre vert ?