Accueil Sport Golf Santiago de la Fuente et le livre de Tiger Woods

Santiago de la Fuente et le livre de Tiger Woods

0

Espn a raconté l’histoire de Santiago De la Fuente del Valle, un amateur mexicain de 20 ans.

Santiago De la Fuente del Valle, l’histoire

Vendredi, lors du deuxième tour du Championnat amateur d’Amérique latine sur le parcours Teeth of the Dog de Casa de Campo, De la Fuente a été propulsé sous les feux de la rampe après avoir réalisé un score de 67, soit le deuxième meilleur tour de la journée, pour passer de l’égalité à un score de 5, ce qui le place à égalité en troisième position pour le week-end.

Il est 4 fois derrière le leader Julian Perico. Avec une participation au Masters et à l’Open pour le vainqueur de cette semaine, De la Fuente pourrait devenir le deuxième Mexicain à remporter le tournoi, après le triomphe d’Alvaro Ortiz à Casa de Campo en 2019.

De la Fuente, classé 1 068e au monde, a parcouru un long chemin depuis qu’il a appris le golf sur un parcours de neuf trous à Ocotlan, Jalisco, un parcours créé par une entreprise de filtres à cigarettes qui avait besoin d’un endroit pour déplacer l’eau. Gerardo De la Fuente sait exactement comment cela s’est passé.

Lorsque le frère aîné de Santiago s’est mis au golf, il a emmené avec lui le petit Santiago sur le terrain. « Il est né avec un club dans la main », dit Gerardo. L’aîné des De la Fuente avait lu un livre sur Tiger Woods.

Lire aussi:   Conchita Martinez remporte le prix de l'entraîneur de l'année

Il a ainsi appris que le père de Woods, Earl, avait mis un putter dans les mains de Tiger dès son plus jeune âge pour qu’il se familiarise avec la sensation de le tenir. C’est donc ce que Gerardo a fait avec Santiago. Enfin, jusqu’à ce qu’il soit assez grand pour se plaindre qu’il voulait utiliser d’autres clubs.

« Il a grandi dans un endroit où il n’y a pas vraiment de culture du golf », a déclaré Santiago Casado, l’entraîneur de la Fédération mexicaine de golf. « La culture du golf qu’il a eue a été implantée par son père ». Une nouvelle carrière de coach mental, aux côtés de certains des meilleurs golfeurs du monde pour les entraîner vers le succès et les soutenir dans les moments difficiles.

C’est ce que semble avoir entrepris (également au nom de l’amitié) Michael Phelps, l’athlète le plus décoré de l’histoire des Jeux olympiques. Grand amateur de golf, beaucoup le définissent aujourd’hui comme « l’arme secrète » de totems verts tels que Jon Rahm, numéro un mondial, et Jordan Spieth, le Texan qui, après une longue période de crise, revient en 2021 pour étonner.

Lire aussi:   Serena Williams impressionnée par les compétences du fils de Chris Hemsworth

« C’est un bon gars, il a traversé beaucoup d’épreuves en tant que sportif et c’est le plus grand olympien de tous les temps avec beaucoup de tours dans sa manche. Je ne vais pas révéler ce que je lui ai demandé mais je peux dire qu’il m’a beaucoup aidé dans la dernière période.

 » Telles sont les révélations de l’Espagnol Rahm. Pour le nageur légendaire, surnommé  » le requin de Baltimore « , des mots importants sont également venus de Spieth, aujourd’hui 12 / o au classement mondial. « L’aspect mental est quelque chose sur lequel j’ai beaucoup travaillé avec lui ces derniers temps.

Je suis vraiment chanceux de l’avoir à mes côtés. En plus, c’est un grand amoureux du golf et l’avoir maintenant de plus en plus dans notre monde est une valeur ajoutée. » C’est l’avis de Spieth qui a disputé hier, aux côtés de Phelps, le Pro-Am du BMW Championship, deuxième épreuve des Play-Offs du Pga Tour qui débute aujourd’hui à Owing Mills (USA), dans le Maryland.

Article précédentAu moins sept morts et dix blessés dans un attentat à la bombe dans la ville afghane de Herat
Article suivantValladolid remet en jeu sa place de promu après un match nul à La Romareda