Accueil Sport Golf Rory McIlory : « Les joueurs de Liv étaient fatigués dimanche… »

Rory McIlory : « Les joueurs de Liv étaient fatigués dimanche… »

0

Avec en toile de fond la Ryder Cup, qui inquiète dans les rangs européens, le BMW PGA, deuxième tournoi majeur d’Europe après le British Open, débute jeudi à Wenworth. La banlieue de Londres était autrefois un lieu de rencontre et un chantier traditionnel.

On y apportait de nouvelles idées, on y transmettait de l’espoir dans un circuit, puis l’European Tour et le DP World Tour, dont les comptes ont été étranglés trois années sur quatre – ils ont été sauvés par la Ryder Cup -, maintenant les tempêtes sont arrivées.

Rory McIlory, déclarations

L’irruption de la LIV a créé un schisme absolu et interne parmi les joueurs européens qui a atteint son apogée lors du BMW PGA. Alors que Jon Rahm, sans quitter d’un pouce sa position en faveur du PGA Tour, tempère les cornemuses et défend qu’il devrait peut-être y avoir un traitement différent pour les joueurs qui ont marqué l’histoire du Tour européen « comme Sergio, Poulter et Westwood », McIlroy s’est radicalisé.

Lire aussi:   Mancini, une fois de plus, s'exprime sans platitude : "Bravo, c'est comme ça qu'on grandit".

Le numéro 3 mondial, principale référence sur le continent en ce moment, et récent vainqueur du PGA Tour avait déjà prévenu il y a deux semaines qu’il allait « avoir du mal à vivre avec les joueurs du LIV Tour » et lorsqu’il est arrivé au tournoi, c’était clair .

En plus de reconnaître qu’il a pris beaucoup de distance avec eux tous, il a donné son avis sur ces trois joueurs qui « ne sont pas l’avenir de la Ryder Cup. Nous devrions parler d’autres comme Hojgaards, McIntyre… »

et il n’a pas hésité à faire du sang au hasard avec les rebelles. C’était encore plus ironique quand il a parlé à tous de ses chances de gagner le grand tournoi européen. « J’essaierai de gagner le tournoi quoi qu’il arrive. Ils seront assez fatigués dimanche ; ce sera le quatrième jour », faisant allusion au fait que seuls des tournois de 54 trous sont joués au LIV.

De l’autre côté de l’anneau, Keith Pelley, directeur général du DP World Tour, a également fait allusion à Sergio García, même s’il n’a pas mentionné son nom lorsqu’il a réfuté les déclarations du golfeur du Borriol, qui affirmait que ce circuit était en passe de devenir le « cinquième du monde ».

Lire aussi:   Andy Roddick revient sur sa victoire à l'US Open 2003

« C’est incroyable qu’il dise cela. Même si c’était l’argent qui mesurait la qualité, le PGA Tour serait le premier. Et nous serions le troisième, après le LIV. Nous avons généré deux fois plus d’argent que tous les autres », a-t-il déclaré, en fournissant des chiffres.

Il a également contesté l’affirmation de Westwood selon laquelle ils étaient assujettis au PGA Tour. « Pouvez-vous arrêter de dire n’importe quoi ? » a lancé Pelley.

Article précédentBologne, Mihajlovic lâche après son exonération : « Je ne comprends pas ».
Article suivantIan Poulter-Billy Horschel, une querelle sur le green