Accueil Sport Golf Robert MacIntyre : « Comme la cerise sur le gâteau »

Robert MacIntyre : « Comme la cerise sur le gâteau »

0

Dans le Blog des joueurs de cette semaine présenté par Enterprise Rent-A-Car, Robert MacIntyre réfléchit à ce que l’on apprend en tant que rookie et comment il se sent avant sa deuxième participation au Masters.

Robert MacIntyre, déclarations

« Il y a beaucoup de choses que vous apprenez lorsque vous venez ici et que vous jouez le Masters pour la première fois en tant que rookie, et je suis excité d’être de retour.

Évidemment, je ne savais pas à quoi m’attendre l’année dernière, et pour moi, c’était un rêve devenu réalité que d’arriver ici. Quand je suis arrivé, j’ai aimé le parcours, il convenait à mon œil et tout allait bien, et jouer aussi bien que je l’ai fait était la cerise sur le gâteau.

Il y a beaucoup de choses que vous retenez de votre première expérience, mais l’une de ces choses pour moi a été de réaliser que jouer ici à Augusta National n’est pas quelque chose que je prendrai jamais pour acquis. C’est le terrain de golf le plus spécial que j’aie jamais visité dans ma vie.

Je pense que c’est parce que vous n’avez pas l’occasion de le jouer souvent. En tant qu’Écossais, j’ai joué au Old Course de St Andrews tellement de fois. C’est un terrain de golf où vous n’avez pas l’occasion d’aller, vous n’avez pas l’occasion de le voir. D’où je viens, de la façon dont j’ai été élevé, je n’aurais jamais pu entrer sur le terrain d’Augusta si je n’avais pas joué ou été caddie.

Je pense aussi que c’est pour cela que découvrir après avoir terminé l’année dernière que j’étais qualifié pour le tournoi de cette année était si incroyable. Je me souviens que lorsque j’ai découvert que j’étais qualifié, j’ai parlé à Sky Sports qui m’a dit que j’étais 12e, et je me suis dit que je pourrais revenir ici si je restais dans cette position.

Puis nous sommes restés à l’intérieur avec les membres en regardant deux télévisions : L’une était sur les leaders, et l’autre sur le green du 18e. Brian Harman avait un coup de 20 pieds qui m’empêcherait de me qualifier pour cette année, et je suis resté là à prier.

Quand il l’a raté, je suis sorti en courant, et ma famille se tenait juste dans le coin. C’était juste un rêve devenu réalité. Et même si je suis excité d’être de retour, je me suis senti un peu plus détendu cette fois-ci que lorsque j’étais débutant.

Je suis allé sur le terrain aujourd’hui 20 minutes avant de rencontrer Sandy Lyle. L’année dernière, comme c’était ma première visite, j’aurais été là des heures avant, à inspecter tout l’endroit. Cette fois-ci, je suis arrivé, j’ai sauté de la voiture, j’ai mis mes chaussures et je suis allé au champ de tir.

Lire aussi:   L'Italie bat la Croatie 3-0 grâce à son public.

J’ai fait 20 coups et j’ai rencontré Sandy sur le putting green. C’était le moment le plus détendu que j’aurais pu avoir. C’était comme si je jouais au Glencruitten avec mes potes à la maison. Ça semble idiot mais c’était comme ça. J’aime garder les mêmes choses, donc je ne me prépare pas différemment pour cette semaine que pour les événements normaux du DP World Tour, et j’ai aussi gardé les mêmes habitudes en dehors du parcours cette année.

Nous sommes dans la même maison. Ma famille est ici. Maman nous prépare beaucoup trop de nourriture. Avoir tout le monde ici est une évidence pour moi parce que je joue mieux quand ma famille et mes amis sont là, et cela m’aide parce que je reviens du golf et je ne pense pas au golf.

J’ai même installé la PlayStation dans la chambre ! En arrivant cette semaine, je me sens aussi beaucoup plus préparée à jouer sur ce parcours. J’ai beaucoup appris l’année dernière, et je pense que le plus important est de savoir où l’on peut se tromper, surtout le dimanche.

Les quilles rentrées, même pour certains des trous les plus faciles comme le 16, vous font penser que vous pouvez être agressif, mais si vous la ratez à dix mètres à droite de votre cible, vous vous retrouvez avec un putt en descente qui doit faire un putt de six pieds pour le par.

Ce ne sont que des petites choses comme ça. Ils gardent beaucoup de quilles difficiles pour le dimanche et ça vous frappe si vous les ratez. J’ai également apporté mon vieux livre de mesure de l’année dernière, mon caddie Mike a apporté son vieux livre et à nous deux, nous connaissons mieux le parcours.

Même si ce n’est qu’une petite chose, cela signifie que nous aurons moins de travail à faire avant jeudi, ce qui est bien parce que c’est une longue semaine, surtout si vous pouvez vous mettre dans la course dimanche. Ceci étant dit, je pense que chacun a ses propres idées sur la façon de jouer à Augusta, et la plupart des joueurs ne donnent pas trop d’informations.

Quand j’ai joué le back nine avec Sandy pendant l’entraînement, il parlait de frapper des couvercles de poubelles, de choisir des zones et de ne pas être trop agressif. Mais en tant qu’individus, nous devons faire ce qui est bon pour nous, et ma façon de jouer est différente – je suis très agressif et je vais chercher les coups.

Je pense que mes scores et mes résultats le montrent. J’aime attaquer. Il y aura toujours des hauts et des bas et c’est comme ça. Je pense qu’une autre chose dont les gens ne se rendent peut-être pas compte avant d’être venus ici et d’avoir joué, c’est le nombre de coups aveugles que l’on a à Augusta.

Lire aussi:   Oliver Bekker : "C'est un sentiment difficile à expliquer".

Vous frappez sur des pentes et des monticules. Vous ne pouvez pas voir votre cible. C’est une question de confiance et d’engagement envers votre ligne. C’est également lié à la frappe sur des terrains irréguliers – pente descendante, pente ascendante, terrains latéraux.

Avec ces coups, il faut se concentrer sur la gestion de son corps et pas seulement sur la frappe des coups. À Augusta, il faut déplacer la balle de golf, façonner les coups plus que d’habitude, au lieu de s’avancer et de les frapper. Vous devez créer des angles vers les quilles et jouer intelligemment.

C’est quelque chose que j’ai appris à maîtriser à Glencruitten. Le parcours est également constitué d’une montée et d’une descente de colline, donc je suis familier avec cela. Je pense que c’est là que les comparaisons entre Glencruitten et Augusta s’arrêtent ; Glencruitten a trois green keepers, Augusta en a probablement 200 !

Cette année, il y a quelques changements subtils sur le parcours de golf que j’ai pu constater en jouant. Le tee de départ du 11e trou a été abaissé et déplacé vers l’arrière. Les arbres du côté droit ont également été abattus pour laisser plus de place au drive, ce qui signifie également que vous avez la possibilité de tirer depuis les arbres au lieu de vous retrouver à côté du green.

Sur le green, il y a un plus gros run off sur le côté droit, ce qui rend le coup manqué sur la droite plus difficile, et sur le 15, le fait de reculer le tee signifie que nous aurons deux fers plus longs sur ce green, ce qui le rend plus difficile.

Mais mon jeu est en bonne forme, et je joue beaucoup mieux que l’année dernière. J’étais nerveux l’année dernière et j’avais probablement joué davantage avant le tournoi, mais cette année, nous avons dû nous retirer un peu de ce que nous jouions pour participer à certains événements.

J’ai joué la semaine dernière et j’ai très bien joué, à part un petit problème lors de mon troisième tour. Je ne sais pas ce qui s’est passé à part le fait que je n’avais pas mangé ma glace la veille, mais j’ai bien joué du tee au green ces deux dernières semaines.

Et je suis sorti dimanche, le dernier dimanche là-bas, et j’ai fait exactement les mêmes choses et j’ai bien joué. J’espère juste que le temps ne sera pas trop mauvais et qu’il restera ferme, ce qui me conviendrait. Mais le jeu est en bonne forme, j’ai juste besoin de faire quatre tours ensemble ».

Article précédentMessage de Yevgeny Kafelnikov sur Carlos Alcaraz et Rafael Nadal
Article suivantAncelotti : « Nous avons déjà fait le gâteau, maintenant nous devons mettre la cerise sur le gâteau ».