Accueil Dernières minutes Proyecto Sostenible propose une « réforme structurelle » du football espagnol et qualifie LaLiga...

Proyecto Sostenible propose une « réforme structurelle » du football espagnol et qualifie LaLiga Impulso de « ruineuse ».

0

MADRID, 7 déc. (Cinktank.com) –

Le « projet durable » promu par l’Athletic Club, le FC Barcelone et le Real Madrid a proposé une « réforme structurelle » du football espagnol, a souligné que sa proposition « n’est pas une approche conceptuelle », a réaffirmé qu’elle représente une économie de « plus de 12 000 millions » pour les clubs professionnels et a qualifié la LaLiga Impulso de « ruineuse ».

Dans une nouvelle lettre signée par leurs présidents, Aitor Elizegi, Joan Laporta et Florentino Pérez, et envoyée au reste des équipes professionnelles et à leur homologue de la RFEF, Luis Rubiales, les trois clubs regrettent que la présidence de l’association patronale des clubs « ait conduit à un personnalisme incompatible avec les principes et valeurs du football et avec les fonctions, responsabilités et obligations de cette position ».

En réponse aux lettres que Javier Tebas a envoyées aux clubs professionnels les 3 et 5 décembre, Proyecto Sostenible a souligné qu’aucune d’entre elles « n’évalue avec la rigueur qu’elle mérite » ni les caractéristiques de sa proposition ni les « graves irrégularités », selon lui, de LaLiga Impulso, le projet promu par LaLiga après l’accord avec le bailleur de fonds privé CVC.

En ce sens, ils soulignent que l’exécution de LaLiga Impulso se ferait  » sans un processus préalable compétitif, ouvert et transparent « , contrairement au Proyecto Sostenible, qui offre  » des solutions légales et raisonnables aux clubs et qui doit être valorisé « .

« Le projet Sustainable, contrairement à ce que soutient le président de la Liga, n’est pas une approche conceptuelle. Elle applique une structure de financement commune, habituellement utilisée par les sociétés cotées en Espagne, les ligues et les équipes nord-américaines. Prétendre que cette proposition n’est pas viable, sans même s’intéresser à ses détails, c’est tout simplement ne pas dire la vérité », indique la lettre.

Selon ses promoteurs, le Proyecto Sostenible présente trois avantages par rapport à LaLiga Impulso : il permettrait aux clubs d’économiser plus de 12 000 millions d’euros, car il s’agit d’une proposition 15 fois moins chère et qui, en outre, ne comprend que des engagements pour 25 ans, et non 50 ; il s’agit d’une proposition « totalement légale », car elle est structurée directement par les clubs sans la participation directe de LaLiga ; et elle ne donne à aucune entité extérieure au monde du football une participation dans la gestion et la gouvernance de LaLiga.

Lire aussi:   Le mode de vie sédentaire nuit-il à votre organisme ? Essayez ces 3 exercices

Pour Proyecto Sostenible, il serait « inexplicable » de contracter comme partenaire industriel un investisseur financier tel que CVC, dont les dirigeants ont annoncé publiquement leur intention de se dissocier de LaLiga Impulso « dans un délai maximum de 8 à 10 ans et de transférer leur position à un autre investisseur ».

« LaLiga doit croître avec ses propres moyens et passer les contrats nécessaires pour se développer sans perdre son indépendance et sa pleine propriété. Il n’est pas nécessaire de gaspiller 12 000 millions d’euros pour avoir la capacité de se développer », souligne-t-il.

Ils considèrent également que la structure de LaLiga Impulso consiste en une « fuite en avant » dont l’objectif principal est d’articuler que c’est LaLiga, et non les clubs, qui transmet un pourcentage des droits audiovisuels au fonds et assume des obligations de paiement à son égard.

« Du point de vue des clubs, l’opération constitue également un acte d’appropriation (expropriation) par la Liga de leurs droits audiovisuels pour une période de 50 ans. Et cette manifestation est démontrée lorsqu’un prétendu mécanisme de compensation est maintenant établi en faveur des « clubs non participants » sous la forme de « coûts de marketing supplémentaires », ce qui n’est rien d’autre qu’un nouveau subterfuge avec lequel il est prévu de contourner l’incapacité de LaLiga à disposer des droits audiovisuels des clubs », indiquent-ils.

Toutefois, un tel mécanisme « manque d’efficacité juridique », affirme Proyecto Sostenible, car un « accord transactionnel » nécessite le consentement exprès et individuel des « clubs non participants ». « Les termes mêmes de l’accord proposé, établissant la nécessité d’indemniser ceux qui ne souhaitent pas y participer, démontrent son illégalité ; il est faux que les clubs qui décident de ne pas recevoir l’argent du fonds ne sont pas concernés par le projet Impulse. Strictement faux.

Ils sont privés de droits qu’ils possèdent en échange d’une ‘compensation' », disent-ils.

La structure de l’opération proposée par LaLiga Impulso comprendrait une « cession implicite » des revenus audiovisuels des clubs au fonds CVC, et LaLiga se placerait « hors du cadre légal de ses compétences », selon Proyecto Sostenible, « dépassant les pouvoirs » qui lui sont attribués par la Ley del Deporte.

« En se plaçant en dehors de son cadre légal de compétences, LaLiga perd sa légitimité à exiger l’affiliation obligatoire des clubs de football. Nous sommes convaincus que la Fédération royale espagnole de football protégera également les intérêts des clubs de football dans le cadre de cette question », ont-ils demandé.

Lire aussi:   Elon Musk, PDG de Tesla, annonce que l'entreprise va réduire ses effectifs salariés de 10 % en trois mois.

« NOUS, LES CLUBS, SOMMES DES SOUVERAINS, PAS DES PRISONNIERS ».

Face à la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19, le Proyecto Sostenible a de nouveau été présenté comme une proposition visant à  » reprendre le pouls de l’économie  » et à faciliter les liquidités en termes de marché.

« Nous sommes disposés à travailler dans cette direction, que ce soit avec notre proposition ou avec toute autre qui, du point de vue de la légalité, présente des avantages similaires. En août, les règles de contrôle économique de LaLiga ont poussé les clubs à accepter un projet que nous considérons comme ruineux », regrettent-ils.

Les règles de contrôle économique de LaLiga sont, ajoutent-ils, « au service des clubs ». « Ce ne sont pas des règles au service des dirigeants de LaLiga, et elles ne doivent en aucun cas servir de levier, ni constituer une monnaie d’échange, pour la promotion d’opérations telles que le projet LaLiga Impulso. Il faut que cela change immédiatement », suggèrent-ils.

Pour Proyecto Sostenible, les pays voisins ont assoupli leurs règles de contrôle économique en raison de la pandémie, tandis qu’en Espagne, un « projet financièrement ruineux » a été lié à l’assouplissement de ce contrôle.

« Nous, les clubs, sommes les souverains de la Liga, pas les prisonniers de ses dirigeants. Et, en tant que souverains, nous avons le droit et l’obligation de nous doter de règles qui ont du sens et qui correspondent à la réalité économique actuelle », ajoutent-ils.

Pour toutes ces raisons, ils comprennent qu' »il est nécessaire d’entreprendre une réforme structurelle du football espagnol », en délimitant et en séparant les domaines de développement stratégique des outils destinés à atténuer les conséquences de l’impact de la pandémie, et en délimitant les besoins réels de dépenses en matière de structure et de développement professionnel pour l’activité qui est confiée à LaLiga pour la commercialisation des droits de télévision.

Enfin, ils s’adressent au reste des clubs de football et aux acteurs du sport pour obtenir le « consensus » dont a besoin « l’intérêt général du football », dans une lettre également adressée au ministre de la Culture et des Sports, Miquel Iceta, et aux présidents de la CSD, José Manuel Franco, et de LaLiga, Javier Tebas.

Article précédentLes avantages pour la santé de l’inclusion d’amandes et de raisins secs trempés
Article suivantIsraël achève la construction de la clôture frontalière souterraine avec la bande de Gaza