Accueil Sport Golf Presidents Cup, une douzaine pour l’équipe internationale

Presidents Cup, une douzaine pour l’équipe internationale

0

Attention à l’outsider. Avant d’écarter l’équipe internationale en vue de la Presidents Cup 2022, prenez un moment pour vous souvenir du Masters 2008. Le Sud-Africain Trevor Immelman a remporté la veste verte quelques mois seulement après avoir été opéré en urgence pour retirer une tumeur de son abdomen.

Tiger Woods s’est classé deuxième.

Presidents Cup, équipe internationale

Quatorze ans plus tard, Immelman tentera de créer une nouvelle surprise. Il sera le capitaine de l’équipe internationale pour la prochaine Presidents Cup à Quail Hollow.

Son équipe, à la recherche de sa première victoire sur le sol américain, affrontera une équipe locale qui sort d’une déroute record contre l’Europe en Ryder Cup. Après une défaite crève-cœur au Royal Melbourne en 2019, les Internationaux affichent un bilan de 1-11-1 dans la compétition bisannuelle par équipes et n’ont pas goûté à la victoire depuis 1998.

Oubliez le Mont Everest, c’est une ascension vers l’espace. Mais alors que la majorité des gens rejettent le défi international, l’acier des talents qui rejoindront l’équipe d’Immelman grandit. À Melbourne, le capitaine Ernie Els a solidifié un lien qui défie les différences culturelles de l’équipe.

Immelman a observé de près l’un des assistants d’Els. De jeunes stars sans vieilles cicatrices ont relevé le défi et apporté leur enthousiasme à la cause. Et maintenant, l’histoire les attend. Ils ont la chance de faire partie de quelque chose qui restera dans les mémoires pendant longtemps.

Une chance d’inscrire leur héritage dans le sport qu’ils aiment. Les attentes et la pression reposeront toutes sur l’équipe américaine et le capitaine Davis Love III. La plupart pensent qu’ils sont imbattables. Attention à l’outsider. Les candidats de l’équipe internationale accumulent des points depuis l’Open Championship 2021 selon un calcul exclusif qui fonctionne de manière similaire au classement officiel mondial de golf.

Les points gagnés entre le PGA Championship 2022 et le BMW Championship 2022 bénéficieront d’une prime de 25 %. Pour vous aider à vous préparer à la prochaine Presidents Cup, le Pga Tour a rédigé une douzaine de noms à considérer pour la prochaine équipe internationale.

C’est censé être un exercice amusant, alors ne criez pas et ne hurlez pas parce que votre joueur préféré n’a pas été inclus (les joueurs sont classés par ordre alphabétique).Abraham Ancer
Pays : Mexique
Âge : 30 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 1 (2019)
Classement actuel en Presidents Cup : 4 Ancer n’est pas étranger au fait de se sentir comme un outsider.

En fait, il s’en délecte. La fierté d’Odessa College est peut-être petite par la taille mais grande par le cœur. La performance d’Ancer à Melbourne a été impressionnante malgré le fait qu’il se soit incliné en simple face à Tiger Woods (une confrontation dominicale qu’Ancer avait demandée).

Son score de 3-1-1 lors de ses débuts dans l’équipe internationale aurait pu suffire à lui donner une nouvelle chance dans l’équipe américaine, mais il s’est encore amélioré depuis. Sa première victoire tant attendue sur le PGA TOUR a eu lieu sur la grande scène lorsqu’il a remporté le World Golf Championships-FedEx St.

Jude Invitational en 2021. Ancer, qui met l’accent sur la précision de conduite dans une ère de puissance, est fermement installé dans le top 20 du classement mondial depuis cette victoire. Son attitude axée sur l’esprit d’équipe illustre parfaitement ce que sont les nouveaux Internationaux.

Il a été vice-champion à Quail Hollow lors du Wells Fargo Championship 2021, ce qui montre qu’il maîtrise également le parcours. Lucas Herbert
Âge : 26 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 0 Le jeune Australien est un personnage excentrique qui, par le passé, n’a pas toujours été du genre à travailler en équipe.

Mais l’expérience acquise grâce à deux victoires en Europe, suivies de sa première victoire sur le PGA TOUR au Butterfield Bermuda Championship à la fin de l’année 2021, font de lui un candidat distinct, tout comme sa maturation en tant que personne. La grande confiance en soi qu’Herbert avait au début de sa vie a parfois été mal comprise par les autres, mais ses compétences en matière de communication ont évolué, tout comme ses actions.

Le joueur de 26 ans a une sérieuse passion pour faire partie de l’équipe et n’a peur d’aucun adversaire. Herbert pourrait être utilisé pour remplir de nombreuses paires, étant donné la force de son jeu polyvalent. Il frappe des coups longs sur le tee, ce qui est idéal pour Quail Hollow, mais il a prouvé sur le court parcours des Bermudes qu’il pouvait gagner sans dépendre du gros chien.

Il a également été l’un des meilleurs putters du DP World Tour (European Tour) en 2021. Garrick Higgo
Âge : 22 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 0 Jeune Sud-Africain en pleine ascension, Higgo est un joueur sur lequel le capitaine Immelman aura certainement un œil.

Il est fan depuis longtemps, ayant été le capitaine du jeune joueur lors de la Presidents Cup junior en 2017. Aujourd’hui, le jeune homme de 22 ans cherche à devenir le premier joueur à passer de l’équipe junior à l’équipe senior dans l’histoire de la compétition.

Higgo est un autre joueur doté d’une bonne distance au départ et il a déjà gagné trois fois sur le DP World Tour (European Tour) et une fois sur le PGA TOUR (2021 Palmetto Championship). Il fait preuve de sagesse et de maturité au-delà de son jeune âge et ne semble pas facilement intimidé.

Forcé de grandir rapidement après avoir perdu son père dans un accident de voiture à l’âge de 9 ans, Higgo a également bénéficié du mentorat de la légende du golf, et ancien capitaine international, Gary Player. Sungjae Im
Pays : Corée du Sud
Âge : 23 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 1 (2019)
Classement actuel en Presidents Cup : 1 Im sera un rouage particulièrement important de l’équipe compte tenu de ses prouesses balle au pied et de sa capacité à marquer dans toutes les conditions.

Lire aussi:   Francesco Molinari à l'événement de Tiger Woods

Ses coéquipiers de 2019 ont été impressionnés par la précision de tous ses coups, ce qui lui a valu le surnom de « Iron Byron ». Il a conforté leur confiance avec un bilan de 3-1-1 à Melbourne, alors qu’il n’avait que 21 ans à l’époque.

Depuis, il a gagné deux fois sur le PGA TOUR, dont le récent Shriners Children’s Open. Sa précision au départ du tee fait de lui une excellente option pour Immelman dans les deux formats d’équipe, tandis qu’il est un candidat pour jouer les cinq sessions parce qu’il n’est pas étranger au fait de jouer des quantités copieuses de golf en tant que l’un des joueurs les plus réguliers du TOUR.

Marc Leishman
Pays : Australie
Âge : 38 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 4 (2013, 2015, 2017, 2019)
Classement actuel en Presidents Cup : 8 Une performeuse désintéressée qui ne mérite rien de plus que de faire partie d’une équipe gagnante en Presidents Cup.

Leishman est maintenant six fois vainqueur du circuit et, avec Cameron Smith, il a le potentiel de fournir un duo tueur pour le jeu d’équipe. Bien que les deux n’aient étonnamment pas été utilisés ensemble en 2019 après que les analyses aient suggéré qu’ils étaient mieux adaptés à d’autres partenaires, ils se sont depuis combinés pour gagner le Zurich Classic de la Nouvelle-Orléans en 2021.

Le bilan de 4-9-5 de Leishman sur quatre Coupes n’est peut-être pas très reluisant, mais l’affable Australien reste invaincu en simple. Hideki Matsuyama
Pays : Japon
Âge : 29 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 4 (2013, 2015, 2017, 2019)
Classement actuel en Coupe des présidents : 5 Cette Coupe des présidents s’annonce comme un tournant pour Matsuyama, qui a réalisé une incroyable année 2021 en devenant le premier Japonais à remporter un championnat majeur.

Il a également ajouté une victoire dans son Japon natal, au ZOZO CHAMPIONSHIP, à sa veste verte. En route vers ce qui serait sa cinquième équipe internationale, le temps est venu pour Matsuyama de prendre un rôle de leader fort sur le parcours et dans la salle d’équipe.

Son record de 6-7-4 est admirable, car il a été obtenu en jouant pour quatre équipes perdantes. La piqûre d’un effondrement tardif dans le simple 2019 devrait inspirer une volonté d’expiation. Matsuyama était à 4 contre Tony Finau jusqu’au 10e trou avant de céder l’avance sur les quatre trous suivants.

Il est parvenu à reprendre l’avantage au 16, mais a laissé échapper un point complet vital en faisant un trois-putts au 17e trou. Si l’équipe internationale doit prospérer, il est presque certain que Matsuyama doit être un facteur clé. Ce n’est pas une mince affaire, car si sa frappe de balle est généralement excellente, son putter est irrégulier.

Il n’est pas étranger à Quail Hollow, ayant terminé T5 au PGA Championship 2017. La victoire était à sa portée dimanche, ce qui lui donne une motivation supplémentaire pour se racheter. Joaquin Niemann
Pays : Chili
Âge : 23 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 1 (2019) Le bilan défavorable de 0-3-1 lors de ses débuts en équipe internationale est certainement un élément à prendre en compte, mais sa maturation depuis le voyage au Royal Melbourne l’est tout autant.

Niemann n’a pas ajouté à sa seule victoire sur le circuit depuis ses débuts à la Presidents Cup, mais il a montré une véritable passion pour la cause. En 2021, il a terminé trois fois deuxième, alors ce n’est pas comme si sa forme était mauvaise. Sa personnalité contagieuse est également importante pour la dynamique de l’équipe.

Son exubérance juvénile déteint sur ses coéquipiers. Il se profile également comme un partenaire possible pour Abraham Ancer, surtout si Leishman s’associe à Smith. Louis Oosthuizen
Pays : Afrique du Sud
Âge : 39 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 4 (2013, 2015, 2017, 2019)
Classement actuel en Presidents Cup : 3 Le vétéran sud-africain est un rare joueur international à pouvoir se targuer d’un bilan victorieux dans cette compétition.

Sa note de 9-6-4 devrait suffire à Immelman pour s’assurer de la présence de son compatriote dans le groupe (s’il est en bonne santé). La saison 2021 d’Oosthuizen a été marquée par le succès, mais aussi par le chagrin. Il s’est classé huit fois dans le top 10, dont quatre fois deuxième, mais n’a pas remporté la deuxième victoire du PGA TOUR.

Il a notamment manqué de peu le Zurich Classic de la Nouvelle-Orléans, où Charl Schwartzel et lui se sont inclinés dans un playoff contre Leishman et Smith. Oosthuizen a également terminé parmi les trois premiers lors de quatre des cinq derniers tournois majeurs, mais n’a pas remporté de victoire au cours de cette période.

À l’approche de ses 40 ans, une autre grande victoire semble méritée, tout comme le fait de faire partie d’une équipe historique et victorieuse de la Presidents Cup. Et s’il s’agit d’une victoire sur un parcours où il a failli échouer (T2, PGA Championship 2017), ce sera d’autant plus agréable.

Adam Scott
Pays : Australie
Âge : 41 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 9 (2003, 2005, 2007, 2009, 2011, 2013, 2015, 2017, 2019)
Classement actuel de la Presidents Cup : 9 Quelle meilleure façon de célébrer une 10e participation record à la Presidents Cup qu’une victoire ?

Lire aussi:   Carlos Alcaraz révèle sa mentalité à l'US Open

Vous pouvez être sûr que le vétéran australien fêterait un tel moment avec beaucoup de vigueur. Scott a la distinction douteuse de posséder le plus grand nombre de défaites en match (22) et de défaites en Foursomes (9) dans l’histoire de la Presidents Cup. Il peut conserver ces chiffres jusqu’à la fin des temps, mais ce ne serait qu’un feu de paille s’il menait une équipe internationale à la plus grande victoire de tous les temps.

Tout comme Matsuyama, les problèmes de Scott dans l’épreuve peuvent être partiellement attribués à ses efforts sur les greens. Bien que son swing soit connu depuis longtemps comme l’un des plus soyeux au monde, et que sa frappe de balle, lorsqu’elle est à son meilleur, l’ait aidé à devenir le numéro un mondial.

1 mondial en 2014, son putting peut être imprévisible. Quand Scott fait des putts à peu près corrects, il se bat. Quand il a une semaine sans, il devient mûr pour un plumage en match play. Cameron Smith
Pays : Australie
Âge : 28 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 1 (2019)
Classement actuel en Presidents Cup : 2 Smith est le leader spirituel potentiel dont cette équipe a besoin.

Il vit pour le jeu d’équipe. Deux de ses trois victoires sur le PGA TOUR ont eu lieu au Zurich Classic de la Nouvelle-Orléans, une preuve supplémentaire qu’il pourrait devenir le Ian Poulter des internationaux. Smith n’a joué que trois fois lors de la Presidents Cup 2019, et pas du tout en Four-Balls, après que les analyses aient pointé ailleurs.

Il a réussi un record de 1-1-1 avec une victoire inspirante en simple contre Justin Thomas, où il a renversé un déficit précoce de trois trous, pour maintenir les espoirs de Coupe de l’équipe. Depuis, il a décuplé sa valeur, remportant son premier tournoi individuel sur le circuit et saluant Leishman à la Nouvelle-Orléans.

Il a également été un personnage central de quelques tournois majeurs, sans oublier qu’il arbore l’une des meilleures mules de l’histoire du golf. Erik van Rooyen
Pays : Afrique du Sud
Âge : 31 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 0
Classement actuel en Coupe des Présidents : 7 En 2021, van Rooyen a fait la une des journaux à certains moments clés, dont un dont le Sud-Africain n’est pas fier.

Mais ils ont laissé entrevoir pourquoi cet homme pourrait être un excellent atout pour l’équipe internationale. Il a remporté son premier tournoi du PGA TOUR au Barracuda Championship. Le format Stableford modifié du Barracuda, où les birdies et les eagles valent des points supplémentaires, a montré que van Rooyen peut faire des coups bas quand il le faut.

Cette mentalité est cruciale dans une Coupe des Présidents. Il a ensuite ouvert les éliminatoires de la FedExCup en réalisant deux top 10 consécutifs pour se qualifier pour son premier championnat du circuit et prouver qu’il peut se mesurer aux meilleurs. Plus tôt dans l’année, il avait fait la une des journaux lors du championnat de la PGA en brisant un marqueur de départ dans un violent accès de frustration.

Van Rooyen s’est excusé publiquement pour l’incident, mais il a montré qu’il y avait un certain feu en lui. Si Immelman peut concentrer ce feu, van Rooyen pourrait devenir une étoile montante. Jhonattan Vegas
Pays : Venezuela
Âge : 37 ans
Précédentes Coupes des Présidents : 1 (2017)
Classement actuel de la Presidents Cup : 12 Vegas a un enthousiasme palpable pour la Presidents Cup, et il ne s’est pas démenti au cours des quatre années qui ont suivi ses débuts.

Triple vainqueur du circuit, Vegas a le jeu pour menacer les joueurs américains s’il parvient à donner le meilleur de lui-même. Son seul point dans la Coupe 2017 a été obtenu lors d’une victoire en simple contre Jordan Spieth et il sort d’une saison 2021 où il a obtenu trois accessits.

Vegas a la longueur de jeu nécessaire pour donner du fil à retordre à Quail Hollow et a déjà été dans le top 10 sur ce parcours. D’AUTRES NOMS À CONSIDÉRER
Il y a beaucoup d’autres candidats qui pourraient se retrouver dans le mélange. En voici quelques-uns à garder à l’esprit : Christiaan Bezuidenhout : Sud-Africain avec quatre victoires mondiales depuis 2019.

Corey Conners : La machine à frapper les balles canadienne a eu la malchance de ne pas faire partie de la sélection de 2019.
Jason Day : L’Australien compte une victoire au Wells Fargo Championship (2018) et a été T9 au PGA 2017 mais doit montrer une envie renouvelée de faire partie de l’équipe.
Cam Davis : Le grand frappeur australien a percé en remportant une victoire sur le circuit la saison dernière et pourrait pousser à la sélection.
MacKenzie Hughes : A montré des aptitudes pour la grande scène lors des deux Open de 2021.
Takumi Kanaya : L’ancien champion amateur suit les traces de son compatriote Matsuyama.

La question est de savoir quand, et non pas si, il rejoindra les rangs de la Presidents Cup.
Min Woo Lee : Après Herbert, le frère de la star de la LPGA Minjee et vainqueur du DP World Tour est le prochain à porter le drapeau australien pour l’équipe internationale.
Carlos Ortiz : il a brisé une longue série de victoires mexicaines sur le PGA TOUR en 2020.
Mito Pereira : Rookie du TOUR avec le potentiel pour faire une course à la sélection et rejoindre son compatriote Niemann comme représentants chiliens.

Article précédentVous avez déjà essayé le Kantola Ki Sabji à la maison ? Voici une recette facile
Article suivantKahn dément l’intérêt du Bayern Munich pour Haaland