Accueil Sport Golf PGA et DP contre la Super Ligue arabe

PGA et DP contre la Super Ligue arabe

0

Une alliance renforcée pour contrer l’avancée de l’Arab Super League. Entre une augmentation des prize money et des promotions directes vers le haut circuit masculin américain. Le PGA Tour et le DP World Tour ont annoncé l’élargissement d’un « partenariat opérationnel révolutionnaire » qui durera jusqu’en 2035.

Le PGA Tour augmentera sa participation actuelle aux productions de l’European Tour de 15 à 40%. Et à partir de 2023, les dix premiers joueurs du DP World Rankings obtiendront les « cartes » pour jouer sur le circuit américain de pointe.

Voici les principales nouveautés de la « joint venture ».

PGA e DP

L’alliance stratégique entre les deux circuits a débuté en novembre 2020 et maintenant, après l’escalade de la Super Ligue arabe, elle est non seulement renouvelée mais renforcée.

Essayer de créer un circuit de plus en plus mondial. L’European Tour est sans doute le deuxième circuit le plus important dans le golf professionnel masculin après le PGA Tour, mais bien avant tous les autres. Ce qui est plus difficile à cerner, c’est sa position vis-à-vis du PGA Tour lui-même et si la distance a augmenté ou diminué ces dernières années.

Au début de l’année 2006, cinq des dix meilleurs joueurs du classement officiel mondial de golf étaient membres à plein temps du circuit européen, notamment Ernie Els, Retief Goosen, Sergio García, Adam Scott et Colin Montgomerie.

Lire aussi:   Roger Federer se rapproche de la sortie du top 30

Deux ans plus tard, début 2008, le nombre de joueurs de l’European Tour dans le top 10 est toujours de cinq, à savoir Els, Justin Rose, Scott, Pádraig Harrington et Vijay Singh. Toutefois, à l’exception de Montgomerie, ces joueurs sont également membres du PGA Tour, qu’ils considèrent comme leur circuit principal après avoir joué en Europe.

Singh avait pratiquement abandonné l’European Tour à la fin des années 90 et est revenu en 2006. Il n’arrive jamais qu’un des meilleurs joueurs passe du PGA Tour à l’European Tour pour en faire son circuit de référence. Traditionnellement, l’European Tour représente la première étape pour les joueurs de qualité issus des pays du Commonwealth non européens, et a longtemps été un atout pour des joueurs tels que Greg Norman et Nick Price.

Ces joueurs avaient tendance à ne passer au PGA Tour que dans un deuxième temps. Ces derniers temps, cependant, l’European Tour perd ce rôle car de plus en plus de joueurs du Commonwealth choisissent de passer directement aux États-Unis. Plusieurs jeunes joueurs britanniques ont également tendance à jouer principalement pour le PGA Tour.

Lire aussi:   Stefanos Tsitsipas rend hommage à Juan Martín Del Potro

Dans certains cas, comme celui de Luke Donald, le choix est naturel, après avoir terminé ses études dans une université américaine grâce à une bourse d’études pour mérite sportif. En Europe, ces bourses n’existent pas (ou sont même illégales). Lorsque, dans les années 1970, l’Europe continentale a commencé à produire ses premières stars à l’échelle mondiale comme Severiano Ballesteros, et surtout lorsque l’Europe a commencé à enregistrer diverses victoires sur les États-Unis dans la Ryder Cup au milieu des années 1980, elle a répandu l’optimisme quant à l’avenir du Tour européen dans ses relations avec le PGA Tour.

Cependant, l’optimisme s’est émoussé lorsque certains des principaux pays européens, comme l’Allemagne et l’Italie, n’ont pas réussi à produire régulièrement des joueurs de haut niveau comme on l’avait espéré. Malgré tout, le nombre de pays européens qui ont donné naissance à des joueurs capables de remporter des tournois de l’European Tour n’a cessé de croître, avec un développement notable du mouvement golfique dans les pays scandinaves.

Article précédentJon Rahm et Rory McIlory changent de place
Article suivantLes joueurs de LIV Golf expliquent les raisons de leur participation au tournoi !