Accueil Dernières minutes L'International Pence précise qu’il n’avait pas le droit d’annuler l’élection américaine après les...

Pence précise qu’il n’avait pas le droit d’annuler l’élection américaine après les insinuations de Trump.

0

Paris, 4 févr. (Cinktank.com) –

L’ancien vice-président américain Mike Pence a précisé qu’il n’avait pas le droit d’annuler l’élection qui a vu la victoire de l’actuel président, Joe Biden, après les insinuations de l’ancien président Donald Trump.

M. Pence a déclaré qu’il était au courant des déclarations de M. Trump cette semaine, dans lesquelles il a affirmé que son vice-président « avait le droit d' »annuler l’élection » » et a précisé que « le président Trump a tort ».

« Il y a des gens dans notre parti (le Parti républicain) qui pensent qu’en tant que président de la session conjointe du Congrès, il avait l’autorité unilatérale de rejeter les votes du collège électoral », a-t-il déclaré, selon le journal « The Hill ».

Pence a souligné que « selon la Constitution, il n’avait pas le droit de changer le résultat de l’élection ». Dans le même temps, l’ancien « numéro deux » de Trump s’est risqué à dire que lorsque le Parti républicain remportera les élections de 2024, l’actuelle vice-présidente, Kamala Harris « n’aura pas le droit de révoquer les élections ».

Pence a rejeté les déclarations de Trump lorsqu’il a affirmé qu’il « avait le droit de changer le résultat ». « Malheureusement, il (Pence) n’a pas exercé ce pouvoir – il aurait pu annuler l’élection ! », a déclaré l’ancien président dans un communiqué.

Lire aussi:   L'ancien vice-président du parlement birman condamné à quatre ans de prison pour avoir critiqué le coup d'État

C’est la première fois que Trump soutient aussi ouvertement la théorie selon laquelle Pence, en tant que vice-président et donc président du Sénat, aurait pu annuler les résultats dans les États où il estimait que des fraudes électorales avaient été commises en faveur de Biden, comme le soutiennent Trump et ses partisans.

« Je comprends la déception que beaucoup ressentent à propos de la dernière élection, j’étais sur ce bulletin, mais quoi que l’avenir nous réserve, je sais que nous avons fait notre devoir ce jour-là », a ajouté M. Pence, qui a défendu la garantie de la « foi dans la Constitution » pour ne pas « perdre le pays ».

Article précédentL’Islande prévoit de mettre fin à la chasse à la baleine d’ici 2024
Article suivantMiddlesbrough élimine United de la FA Cup aux tirs au but