Accueil Dernières minutes L'International Mme Pelosi pourrait se rendre à Taïwan ce week-end dans un contexte...

Mme Pelosi pourrait se rendre à Taïwan ce week-end dans un contexte de tensions croissantes sur l’île.

0

Paris, 7 avr. (Cinktank.com) –

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, pourrait se rendre à Taïwan, que la Chine considère comme faisant partie de son territoire, ce week-end, dans un contexte d’invasion de l’Ukraine par la Russie et de tensions croissantes sur l’île.

Mme Pelosi arrivera à Taipei dimanche après une visite au Japon, a indiqué Bloomberg, citant des informations en provenance du continent asiatique. Il s’agira de la première visite d’un représentant de la Chambre des représentants depuis le voyage du républicain Newt Gingrich à Taiwan en 1997.

Cette information n’a toutefois pas encore été confirmée par le bureau du président de la Chambre des représentants ou par les autorités taïwanaises.

Les États-Unis ont approuvé cette semaine la vente d’un nouveau lot d’armes à Taïwan pour un montant de 95 millions de dollars (environ 87 millions d’euros) afin d’aider l’île à maintenir son système de défense.

La vente comprend des équipements de formation et d’autres articles « destinés à soutenir le système antimissile américain Patriot », a déclaré l’Agence de coopération pour la défense et la sécurité (DSCA).

Lire aussi:   Cinq morts dans une fusillade dans un bar à Oaxaca, au Mexique

« Cela permettra à Taïwan d’utiliser ses capacités pour contrer les menaces et renforcer sa défense », indique le texte, précisant que cela améliorera la sécurité de Taipei et maintiendra « la stabilité politique et l’équilibre militaire dans la région ».

De son côté, le gouvernement chinois a exhorté Washington à « renoncer » aux ventes d’armes et à cesser les contacts militaires avec l’île afin de respecter enfin le principe d' »une seule Chine ».

Pékin a ainsi prévenu qu’elle prendrait des mesures pour défendre les intérêts de sécurité du pays et a indiqué qu’elle prendrait des mesures pour « défendre ses intérêts de sécurité », comme l’a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères du géant asiatique, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse.

Il s’agit de la troisième annonce concernant la vente d’un ensemble d’armes à Taïwan par l’administration du président Joe Biden, qui a pris ses fonctions en janvier 2021. Cette décision s’inscrit également dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Pékin appelle à une solution négociée au conflit, bien qu’il ne se soit pas ouvertement prononcé contre l’incursion de Moscou.

Lire aussi:   Un procureur américain accuse le tireur de Buffalo de crimes haineux

À cet égard, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Wang Wenbin, a affirmé fin mars que Taïwan « n’est pas l’Ukraine » et a accusé la communauté internationale de lier les deux territoires afin de créer « une nouvelle crise » et de faire pression sur Pékin.

« Taïwan n’est pas l’Ukraine, la détermination et la volonté du peuple chinois de défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale sont inébranlables », a déclaré Wang Wenbin lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a pointé du doigt les États-Unis qui font le lien entre la situation avec Taïwan pour « discréditer » le géant asiatique.

Article précédentAncelotti : « Benzema est comme le vin, il s’améliore chaque jour ».
Article suivantLe lancement du prochain SUV électrique Nissan Ariya est encore une fois retardé en raison d’une pénurie de puces.