Accueil Sport Golf Matteo Manassero, un Italien en Super League

Matteo Manassero, un Italien en Super League

0

C’est le troisième tournoi de l’Asian Tour 2022 de golf mais c’est aussi le premier événement majeur de la nouvelle Super League verte saoudienne, la LIV Golf Investments (dont le PDG est Greg Norman, ancien numéro 1 mondial de la discipline).

Le PIF Saudi International se déroulera du 3 au 6 février à King Abdullah Economic City, avec 120 joueurs en compétition, dont trois des dix meilleurs mondiaux. Dans le peloton, il y a aussi un bleu, Matteo Manassero.

Matteo Manassero, international saoudien

L’événement, qui permettra de distribuer 5 000 000 de dollars, fait désormais l’objet de discussions et de controverses quotidiennes. Le « sponsor en titre » de la compétition sera le Public Investment Fund (Pif), l’un des plus grands fonds souverains du monde, fondé en 1971 dans le but d’investir pour le compte du gouvernement saoudien.

La défense du titre sera assurée par l’Américain Dustin Johnson (numéro cinq mondial) qui a remporté la première édition de l’événement en 2019, s’est classé deuxième en 2020 (quand l’Irlandais du Nord Graeme McDowell, également dans l’année de la quête) et a renoncé à un nouveau succès en 2021.

Parmi les grands noms, on retrouve les Américains Xander Schauffele (huitième au classement mondial et médaille d’or aux Jeux de Tokyo), Bryson DeChambeau (neuvième au classement mondial), Phil Mickelson, Patrick Reed et Tony Finau. Et encore : l’Australien Cameron Smith, le Belge Thomas Pieters, les Britanniques Tyrrell Hatton, Lee Westwood, Tommy Fleetwood, Ian Poulter et Paul Casey, mais aussi l’Espagnol Sergio Garcia et l’Irlandais Shane Lowry.

Lire aussi:   Henrik Stenson, SGF a décidé de divorcer de lui

« Nous ne sommes pas des politiciens et nous sommes ici pour jouer » De Lowry à Casey, c’est ainsi que se sont « défendus » les nombreux champions de golf qui ont décidé d’accepter les avances de la Super League et de jouer un tournoi dans un pays au centre de la controverse.

Pour la situation des droits de l’homme en Arabie saoudite, encore considérée comme loin des standards occidentaux. Mais aussi à cause du meurtre (en octobre 2018) du journaliste saoudien Jamal Kashoggi qui a eu lieu dans le consulat de son pays à Istanbul.

Avec un rapport de la CIA accusant le prince héritier d’Arabie, Mohammed bin Salman, « d’avoir approuvé et autorisé le meurtre » « Ceux qui jouent à l’Internationale saoudienne prendront des millions d’un régime qui ordonne le meurtre de ses dissidents », l’accusation récemment lancée par le Washington Post.

En fait, le PGA Tour (le principal circuit américain de golf masculin) a autorisé ses champions à se rendre sur le terrain du Royal Greens Golf & Country Club, mais sous certaines conditions. Dans les mêmes jours de février, en effet, le principal circuit américain sera le protagoniste à Pebble Beach, en Californie, avec l’AT&T Pebble Beach, qui ne verra pas autant de champions attendus dans la course.

Lire aussi:   Greg Norman : "On m'a demandé de ne pas assister au QBE Shootout parce que je suis..."

En effet, ceux qui ont déjà participé à l’AT&T au moins une fois au cours des cinq dernières années, devront s’engager à le faire à nouveau, en choisissant entre l’édition 2022 ou 2023. Tandis que ceux qui n’ont jamais participé à la compétition seront « obligés » de la jouer deux fois entre 2023 et 2025.

C’est l’accord trouvé par le PGA Tour avec plusieurs de ses membres. Et maintenant, la parole est au terrain ou plutôt au green. L’Italie se concentrera sur Matteo Manassero – qui a remporté en Asie l’Open de Malaisie en 2011 et l’Open de Singapour en 2012 – qui fera ses débuts en 2022 après une année 2021 qui l’a vu atterrir parmi les 45 meilleurs joueurs du Challenge Tour, le deuxième circuit européen masculin.

Article précédentLa Colombie nie tout accord avec les États-Unis pour accueillir les migrants vénézuéliens déportés
Article suivantCruise lève 1,35 milliard de dollars auprès de SoftBank pour préparer Robotaxis