Accueil Sport Golf Martine et Heather Gilks, le golf dans la famille

Martine et Heather Gilks, le golf dans la famille

0

Martine et Heather Gilks ont joué à Turin, lors du Giovanni Nasi & DiaSorin International.

Martine et Heather Gilks, déclarations

Martine et Heather, mère et fille, viennent des West Midlands anglais, pour être précis leur club est le Coventry Golf Club.

Chacune d’entre elles souffre d’un handicap : Martine souffre d’arthrose et de fibromyalgie qui lui causent des douleurs et une fatigue chroniques ; Heather est atteinte d’infirmité motrice cérébrale. Toutes deux ont trouvé dans le golf la force de réagir à la maladie et d’améliorer leur qualité de vie.

Martine déclare : « Je pense qu’il est très facile de s’isoler, de rester à la maison et de ne rien faire. Il y a des jours où je vais à mon club pour jouer et, honnêtement, je souffre tellement, je me dis que ce serait mieux de rester à la maison, mais je me force à sortir, à y aller, je sais déjà qu’ensuite je me sentirai mieux.

Être à l’extérieur, socialiser avec d’autres personnes… les bénéfices que je reçois sont immenses aussi pour ma santé mentale. Ce n’est pas grave si mon golf est absolument horrible ! « Martine et Heather aiment jouer ensemble et s’affrontent souvent, comme ce fut le cas à Giovanni Nasi & Diasorin International.

Lire aussi:   Les difficultés de Bryson DeChambeau : Quand reviendra-t-il ?

Martine poursuit :  » Je pense que c’est l’une des grandes choses du golf. On ne voit pas les différences… on joue au golf et c’est ce qui compte. Je pense que cet aspect est la partie la plus fascinante de notre sport « .

Heather parle de sa paralysie cérébrale :  » J’ai une paralysie cérébrale, qui affecte mes deux jambes et mon bras gauche. Mon côté gauche est plus touché que le droit. Elle a été diagnostiquée chez moi quand j’avais environ trois ans. J’ai fait beaucoup de physiothérapie depuis que je suis petite et je continue encore maintenant.

En ce moment, j’essaie de tester mes limites et de voir ce que je peux et ne peux pas faire.  » « Je déteste ne pas être traité comme tout le monde. Par exemple, j’ai essayé de courir. Je me fatiguais toujours bien avant tout le monde, puis les gens disaient : « Oh, tu as juste besoin d’une longueur d’avance. »

Mais je ne veux pas d’avance. Je suis venu pour jouer au golf, grâce au système de handicap, en utilisant une voiture de golf, je peux sortir et jouer comme tout le monde. Et ça, ce concept même, j’ai adoré ! « Le niveau de jeu d’Heather continue de progresser et de s’améliorer.

Lire aussi:   Tommy Paul donne une raclée à Denis Istomin à Delray Beach.

Grâce à elle, l’EDGA, elle a participé à l’événement Rose Ladies Series à Woburn en mai 2021, en compagnie d’autres joueuses de l’EDGA, Aimi Bullock et Nicky Weeks. Heather Gilks a également bien terminé au Giovanni Nasi & Diasorin International : première dans la catégorie ‘Moins de 21 ans’, et deuxième au classement général en strokeplay net.

Je demande à Heather ce qu’elle a envie de recommander à ceux qui ne jouent pas encore au golf : « Le golf vaut le temps et représente un défi qui passionne. Je vais à l’école et mes amis me disent – hé attends, tu joues au golf ? Et je réponds – Oui, je joue au golf.

Et j’adore ça. C’est un sport formidable. Et c’est dommage que beaucoup ne le comprennent pas. Je veux dire que le nombre de pratiquants au Royaume-Uni augmente, surtout chez les jeunes, mais ils devraient être beaucoup plus nombreux. Une fois que vous l’avez essayé, vous vous rendez compte et vous vous dites que vous auriez dû commencer plus tôt. Donc, mon principal conseil est, allez-y et essayez parce qu’alors vous tomberez amoureux de ça.  »

Article précédentAir India et Willis Lease signent un accord de vente et de cession-bail de moteurs de type ConstantThrust
Article suivantJulien Sale, le beau cadeau pour son 25e anniversaire