Accueil Dernières minutes Marcelino : « Je ne voulais pas conditionner un match ».

Marcelino : « Je ne voulais pas conditionner un match ».

0

MADRID, 1 Mar. (Cinktank.com) –

L’entraîneur de l’Athletic Club, Marcelino García Toral, a nié avoir cherché à « conditionner » le match retour de la demi-finale de la Copa del Rey contre le Valencia CF à Mestalla, en réponse à José Bordalás, et a affirmé avoir relaté des « faits irréfutables » en parlant du peu de temps de jeu au match aller et de la disparité du calendrier.

« Les interprétations sont toujours sujettes à caution. Les faits sont irréfutables. En aucun cas je n’ai voulu conditionner un quelconque match et j’ai relaté des faits qui se sont produits et une situation évidente de calendrier », s’est-il défendu lors d’une conférence de presse.

En ce sens, il a assuré que s’il dit que peu de choses sont jouées « c’est un fait ». « Tout le reste, c’est du football. Chaque équipe utilise le style qu’elle juge approprié. Le style de Barcelone mérite le même respect que celui de Valence, pour parler de nos deux derniers matchs. De mon point de vue, j’ai seulement commenté des situations avec des données et il n’y a aucune autre intention de situer ou de conditionner un match », a-t-il souligné.

En effet, il prévoit un « match merveilleux avec un public extraordinaire », avec lequel il a vécu il n’y a pas si longtemps lors de son passage à Valence. « Je suis reconnaissante et sensible, et personne ne changera ce sentiment qui est le mien. Nous avons le privilège de jouer ce jeu merveilleux et après deux matchs, que la meilleure équipe passe, mais bien sûr j’espère que ce sera l’athlétisme en finale, ce qui est quelque chose qui nous motive et nous excite », a-t-il déclaré.

« Vu le match et le soutien des supporters, si quelqu’un peut être considéré comme favori, en dehors d’un bon effectif, c’est Valence. Nous n’avons pas su profiter du fait que nous jouions à domicile au match aller et nous affrontons une équipe très difficile à battre, avec un bon effectif et ses supporters derrière nous », a-t-il commenté, plaçant le poids du favoritisme sur le « che ».

Lire aussi:   City complète sa formalité pour les quarts de finale

Et, à propos de Mestalla et de sa relation avec les supporters de Valence, il a répété qu’il y aura une atmosphère « extraordinaire » dans les tribunes. « J’insiste pour que nous nous considérions comme privilégiés. Je sais ce que cela signifie pour les fans d’atteindre une finale de coupe, et encore plus après une saison irrégulière. Maintenant, ils ont la possibilité de jouer une finale, alors ils ne vont pas nous applaudir ? Nous devons aller jouer fiers et satisfaits », a-t-il déclaré.

Sur le plan sportif, il veut que son équipe soit différente de celle qu’il a vue lors du match aller 1-1 à San Mamés. « Au match aller, nous n’avons pas ressemblé à l’équipe que nous avons été. Nous devons avoir le ballon, donner du rythme au jeu et combiner. Dans plusieurs phases du jeu, soit parce que nous n’avons pas pu ou parce qu’ils ne nous ont pas laissé faire, nous n’avons pas mérité de gagner le match. Maintenant, nous devons être plus cohérents et avoir une idée de la manière d’attaquer », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Ces 5 conseils peuvent vous aider à augmenter votre métabolisme

« Tu ne meurs pas, tu es battu par un autre adversaire. Nous sommes compétitifs à chaque match. L’Athletic a gagné avec beaucoup d’efforts et un très bon jeu avec deux matchs extraordinaires à San Mamés, avec leurs fans totalement engagés. Maintenant, nous jouons une double confrontation et nous devons éliminer une bonne équipe. C’est difficile. Parfois, nous semblons devenir un peu fous. Ce que cette équipe fait a un mérite incalculable », a-t-il défendu.

Article précédentOnze personnes sont tuées dans l’incendie d’un centre commercial à Damas, la capitale syrienne.
Article suivantLes troupes russes s’emparent de la mairie de Berdiansk et progressent dans le sud-est de l’Ukraine.