Accueil Dernières minutes L'International M. Scholz exhorte l’Ukraine et la Russie à ouvrir la voie à...

M. Scholz exhorte l’Ukraine et la Russie à ouvrir la voie à des pourparlers de paix et à la fin du conflit.

0

Le chancelier allemand Olaf Scholz.


Le chancelier allemand Olaf Scholz. – Michael Kappeler/dpa

Live | Crise en Ukraine

JERUSALEM, 2 Mar. (DPA/EP) –

Le chancelier allemand Olaf Scholz a exhorté mercredi les autorités russes et ukrainiennes à ouvrir la voie à des pourparlers de paix pour mettre fin au conflit qui a éclaté il y a près d’une semaine après le début de l’invasion du territoire ukrainien.

« Bien sûr, il s’agit maintenant de donner à la diplomatie toutes les chances possibles », a-t-il déclaré lors d’une visite en Israël où il s’est souvenu des victimes du nazisme.

Il a déclaré que la Russie « doit mettre fin immédiatement à son offensive militaire » et a souligné que « les attaques contre les infrastructures civiles doivent cesser ».

Lors de sa première visite en Israël depuis son entrée en fonction, M. Scholz a rendu hommage aux six millions de Juifs assassinés par l’Allemagne nazie pendant l’Holocauste et a insisté sur le fait que ce crime a conduit « le monde à l’abîme ».

Il a déposé une gerbe au mémorial de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem, où il s’est rendu avec le Premier ministre israélien Naftali Bennett.

Lire aussi:   Le négociateur en chef iranien se rend à Vienne pour la dernière ligne droite des négociations nucléaires.

Il y affirmait que le meurtre de masse des Juifs « a été planifié et exécuté par les Allemands » et soulignait que « de là découle la responsabilité éternelle de chaque gouvernement allemand pour la sécurité de l’État d’Israël et la protection de la vie juive ».

Pour sa part, M. Bennett a souligné que « la première étape de sa visite en Israël, sa première en tant que chancelier d’Allemagne, est aussi la plus importante » et a ajouté que si la blessure est la base des relations germano-israéliennes, les deux pays ont néanmoins réussi à construire des relations « significatives et fortes ».

« Aujourd’hui encore, 80 ans après la guerre, il n’y a pas un Juif qui ne porte pas le souvenir des six millions de frères et sœurs, de femmes et d’enfants, qui ont été assassinés dans les camps », a-t-il déclaré, avant de souligner qu' »il y a toujours une douleur profonde qui ne disparaît pas ».

Article précédentZelensky remplace les gouverneurs des régions d’Odessa et de Tcherkassy
Article suivantBruxelles demande une protection automatique pour les personnes déplacées vers l’UE depuis l’Ukraine, qu’elles soient nationales ou réfugiées