Accueil Dernières minutes L'International M. Poutine répond aux menaces américaines et déclare que de nouvelles sanctions...

M. Poutine répond aux menaces américaines et déclare que de nouvelles sanctions entraîneraient une « rupture définitive ».

0

Paris, 31 déc. (Cinktank.com) –

Le président russe Vladimir Poutine a averti vendredi que l’imposition de nouvelles sanctions par les États-Unis entraînerait une « rupture définitive » des relations entre les deux pays.

C’était la réponse du président à la possibilité que Washington fasse finalement passer un paquet de mesures « sans précédent », comme l’a menacé le président américain Joe Biden lors d’une conversation téléphonique avec Poutine.

M. Biden a précisé lors de l’appel que les sanctions seraient imposées en cas d’escalade des tensions à la frontière ukrainienne, a confirmé le conseiller de M. Poutine, Yury Ushakov, selon l’agence de presse TASS.

« Le président a réagi immédiatement et a clairement indiqué que si l’Occident va de l’avant et introduit des sanctions sans précédent, il y aura une rupture des relations entre les pays, ce qui aura de graves conséquences sur les relations avec l’Occident en général », a déclaré Ushakov.

À cet égard, M. Poutine a averti les générations futures que de tels mouvements sont une erreur et a souligné que de nombreuses erreurs de ce type ont été commises au cours des 30 dernières années. « Il est préférable de ne pas les répéter », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Le Danemark enregistre un nouveau record de cas quotidiens de coronavirus

Cet appel a eu lieu à la demande du président Poutine et est le deuxième que les deux dirigeants ont tenu après celui du 7 décembre, au cours duquel M. Biden a réaffirmé l’engagement des États-Unis envers l’intégrité territoriale de l’Ukraine et a même menacé la Russie de sanctions économiques « sans précédent » en cas d’attaque hypothétique, ce que le Kremlin a démenti.

Article précédentLes autorités philippines vont inculper une femme qui a échappé à la quarantaine pour se rendre à une fête.
Article suivantLa France assure que la variante omicron du coronavirus est déjà la dominante dans le pays