Accueil Dernières minutes L'International M. Netanyahou nie qu’il reconnaîtra une « turpitude morale » dans un éventuel accord...

M. Netanyahou nie qu’il reconnaîtra une « turpitude morale » dans un éventuel accord avec le ministère public israélien dans le cadre d’une affaire le concernant.

0

Cette demande du procureur général entraînerait une disqualification politique de sept ans.

Paris :, 25 janv. (Cinktank.com) –

L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il n’avait pas accepté de reconnaître une « turpitude morale » dans le cadre d’un éventuel accord avec l’accusation dans l’affaire de corruption dont il fait l’objet, tout en soulignant qu’il ne quittera pas la politique et continuera à diriger le Likoud.

Bibi’ a abordé pour la première fois les rapports sur la possibilité d’un accord avec l’accusation et a souligné les « déclarations erronées » sur les discussions, dans lesquelles le procureur général, Avichai Maldelblit, aurait demandé à Netanyahu de reconnaître la « turpitude morale », qui entraîne une disqualification politique de sept ans.

« Ce n’est tout simplement pas correct », a-t-il déclaré. « Je continuerai à diriger le Likoud et le camp national pour diriger Israël en votre nom », a déclaré l’ancien Premier ministre israélien, selon le Times of Israel.

Il a également remercié ses « millions » de partisans et a réaffirmé qu’il était victime de mauvais traitements de la part de l’appareil judiciaire. « Tout le monde peut voir ce qui se passe au tribunal et comment l’enquête à mon encontre a été menée », a-t-il déclaré.

Il a souligné que la bonne chose à faire serait de clore les affaires le concernant, après que les médias israéliens ont rapporté lundi que M. Maldelblit avait informé les avocats de M. Netanyahu qu’il serait impossible de parvenir à un règlement avant l’expiration de son mandat la semaine prochaine.

Lire aussi:   Les États-Unis sanctionnent deux hommes d'affaires et trois entreprises russes pour avoir soutenu le programme de missiles de Pyongyang.

Pour sa part, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré que M. Netanyahou était la « preuve » de la nécessité de faire passer une loi interdisant aux personnes condamnées pour « turpitude morale » d’occuper les fonctions de premier ministre, ministre, parlementaire ou maire.

Les médias israéliens ont rapporté la semaine dernière que M. Netanyahou a ordonné à ses avocats de rechercher un accord avec l’accusation, qui lui aurait demandé de reconnaître sa responsabilité dans deux cas de fraude et d’abus de confiance, d’accepter une accusation de « turpitude morale » et de purger une peine de travail d’intérêt général.

« Bibi », qui est devenu la première personne de l’histoire à être inculpée alors qu’il était Premier ministre d’Israël – poste qu’il a quitté en juin 2021 – est accusé d’avoir reçu des pots-de-vin, de fraude et d’abus de confiance dans trois affaires distinctes, à la suite d’enquêtes menées par M. Mandelblit.

En avril 2021, les procureurs ont dénoncé un « cas grave de corruption du régime » lors de la première session de la phase de preuve du procès pour corruption contre Netanyahu, qui a rejeté les accusations et parlé de « chasse aux sorcières » et de « coup d’État judiciaire ».

Lire aussi:   Le Japon envisage de se joindre au boycott des Jeux olympiques d'hiver de Pékin pour protester contre les violations des droits de l'homme.

La plus grave d’entre elles est l' »affaire 4000″, dans laquelle il est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance pour avoir fait passer des réglementations qui ont bénéficié à l’actionnaire majoritaire du groupe Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture favorable du portail Walla.

Dans l' »affaire 1000″, l’ancien premier ministre sera accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir reçu des cadeaux illicites d’une valeur de 700 000 shekels (environ 183 000 euros) en échange de faveurs.

D’autre part, dans l' »affaire 2000″, il a été accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir convenu avec le « Yedioth Ahronoth » d’affaiblir le journal concurrent « Israel Hayom » – favorable à Netanyahou – en échange d’une couverture plus favorable du Premier ministre dans le premier média.

Article précédentLe premier tour de scrutin pour élire le nouveau président italien se termine par une majorité de votes blancs
Article suivantDe l’amarante au jaggery, les aliments qui vous aideront à surmonter la carence en hémoglobine