Accueil Dernières minutes L'International M. Blinken rencontre le ministre des affaires étrangères du Mexique afin de...

M. Blinken rencontre le ministre des affaires étrangères du Mexique afin de renforcer la collaboration bilatérale sur les questions de migration

0

Paris, 4 mai. (Cinktank.com) –

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre mexicain des affaires étrangères, Marcelo Ebrard, se sont rencontrés mardi à Washington pour discuter de la coopération bilatérale en matière de migration, quelques semaines avant le début du Sommet des Amériques à Los Angeles.

« Nous travaillons en étroite collaboration pour relever ce qui est un défi migratoire sans précédent dans notre hémisphère et, en fait, dans le monde entier, et la collaboration avec le Mexique est absolument vitale », a déclaré M. Blinken lors d’une conférence de presse conjointe, rappelant que les deux pays célèbrent le 200e anniversaire de leurs relations diplomatiques.

Le secrétaire d’État américain a assuré que la relation entre le Mexique et les États-Unis, deux nations qui ont des « liens profonds » et « un agenda commun », est « vitale » pour « construire un meilleur avenir » et « de meilleures opportunités pour tous les habitants du continent », ce qui, selon M. Blinken, s’il est réalisé, « aura un plus grand impact sur la migration à long terme ».

Lire aussi:   Des députés français se rendent à Taïwan pour soutenir la représentation de Taipei dans les instances internationales

« Nous nous unissons pour construire une forte compétitivité économique en Amérique du Nord, notamment en créant des chaînes d’approvisionnement plus résilientes et en abordant d’autres questions qui amélioreront les moyens de subsistance des Mexicains et des Américains », a-t-il déclaré, ajoutant que les deux pays travaillent « main dans la main » au quotidien.

M. Blinken a également noté que la réunion s’inscrit dans le contexte du Sommet des Amériques, qui se tiendra en juin à Los Angeles. « Les États-Unis et le Mexique s’efforceront d’élaborer et de partager avec tous nos partenaires un programme solide qui vise en définitive à démontrer que nos démocraties peuvent produire des résultats efficaces pour nos populations », a-t-il déclaré.

Pour sa part, M. Ebrand a souligné que le Sommet des Amériques est un « endroit très positif » pour partager des points de vue. « Également sur les nouvelles situations géopolitiques et économiques mondiales, et les risques géopolitiques auxquels nous devons faire attention », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Ivanka Trump témoigne devant la commission d'enquête sur l'agression au Capitole américain

Ces discussions font toutefois suite à l’annonce de Washington d’exclure du sommet Cuba, dirigé par le président Miguel Díaz-Canel, ainsi que le Nicaragua, dont le leader est Daniel Ortega, et le Venezuela, dirigé par Nicolás Maduro, pour être des « pays antidémocratiques ».

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador lui-même, qui a tenu une réunion virtuelle avec le président américain Joe Biden il y a une semaine précisément pour discuter des questions de migration, a exprimé mardi, lors de sa conférence de presse matinale habituelle, son inquiétude face à cette décision.

« Cuba remercie et partage les questions du président du Mexique, (Andrés Manuel) López Obrador, dans La Mañanera : comment se fait-il que nous appelions un Sommet des Amériques, mais que nous n’invitions pas tout le monde ? Alors d’où viennent ceux qui ne sont pas invités ? De quel continent, de quelle galaxie, de quel satellite ? », a partagé sur son profil Twitter, Miguel Díaz-Canel.

Article précédentBiden s’en prend à la Russie à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse
Article suivantNsw Open change de nom pour Jan Stephenson