Accueil Dernières minutes L'International L’Ukraine dénonce une « attaque informatique massive » contre les pages officielles des agences...

L’Ukraine dénonce une « attaque informatique massive » contre les pages officielles des agences de l’Etat

0

Paris :, 14 janv. (Cinktank.com) –

Le gouvernement ukrainien a dénoncé ce vendredi une « attaque informatique massive » contre les pages officielles de diverses agences de l’État et a confirmé que des « messages provocateurs » y avaient été publiés, bien qu’il ait souligné qu’il n’y avait eu aucune fuite de données.

« Durant les premières heures du 13 au 14 décembre, plusieurs pages gouvernementales, dont celles des ministères des Affaires étrangères et de l’Education, ont été piratées », a déclaré le Service d’Etat pour la communication et la protection de l’information dans un communiqué publié sur son site internet.

Ainsi, elle a précisé qu' »un message provocateur a été publié sur la page principale de ces sites » et a ajouté que « le contenu des pages n’a pas changé et qu’il n’y a pas eu de fuite de données ». « D’autres pages officielles ont été suspendues pour empêcher l’attaque de se propager », a-t-il déclaré.

L’agence a souligné qu’elle travaillait avec le service de sécurité ukrainien et la police pour « collecter des preuves numériques et enquêter sur l’incident », tout en notant que « la plupart des ressources de l’État concernées ont été restaurées, tandis que le reste sera bientôt disponible ».

Lire aussi:   Les États-Unis demandent à Poutine "mettre un terme immédiat à l'effusion de sang" et retirer ses troupes d'Ukraine

De son côté, le porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères, Oleg Nikolenko, a confirmé la cyberattaque sur son compte sur le réseau social Twitter. « Nos spécialistes ont commencé à rétablir le fonctionnement des systèmes informatiques et la Police a ouvert une enquête », a-t-il conclu.

Article précédentCarvajal, positif au COVID-19 au Real Madrid
Article suivantUn groupe de parlementaires américains s’en prend à YouTube, Facebook et Twitter pour leur manque d’informations sur l’attaque du Capitole.