Accueil Dernières minutes L'International L’UE s’attend à ce que ses diplomates retournent en Afghanistan « d’ici quelques...

L’UE s’attend à ce que ses diplomates retournent en Afghanistan « d’ici quelques semaines ».

0

BRUXELLES, 7 déc. (Cinktank.com) –

L’Union européenne a déclaré mardi que c’était « une question de semaines » avant que le bloc européen puisse établir une présence diplomatique en Afghanistan, après plusieurs cycles de négociations avec les talibans à Doha.

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la porte-parole des affaires étrangères, Nabila Massrali, a déclaré que l’accord était « une question de semaines, et non de mois », laissant entendre que l’UE serait en mesure de rouvrir son ambassade à Kaboul dans un court délai.

Selon la porte-parole, la présence de l’UE en Afghanistan n’implique en aucun cas une reconnaissance du régime afghan, et elle a défendu la nécessité de maintenir le contact avec les autorités de Kaboul afin d’établir une présence minimale sur le terrain.

Depuis septembre dernier, l’UE négocie avec les talibans le retour des diplomates européens à Kaboul, étant entendu que cela permettra de faciliter de nouvelles opérations d’évacuation et l’envoi de matériel humanitaire, ainsi que d’accroître la coopération avec les pays voisins par le biais d’une plateforme régionale.

Les 27 membres de l’UE se sont mis d’accord sur une position commune concernant les négociations en vue de la réouverture de l’ambassade européenne à Kaboul. Cependant, la diplomatie européenne est restée prudente dans ses relations avec les nouvelles autorités, insistant sur le fait qu’elle ne reconnaît pas leur légitimité.

Lire aussi:   Les États-Unis accusent la Russie d'être responsable des cyberattaques contre les services internet des banques ukrainiennes

Fin octobre, les talibans ont considéré comme acquis le retour de l’UE en Afghanistan dans le cadre des pourparlers en cours, assurant que la sécurité des diplomates était garantie, un point qui n’a jamais été confirmé par l’UE.

Article précédentXavi : « L’histoire est là pour être brisée ».
Article suivantL’ancien garde royal saoudien recherché pour la mort d’Hashogi détenu à Paris