Accueil Dernières minutes L'International López Obrador accuse l’opposition d’aller à l’encontre des intérêts du Mexique en...

López Obrador accuse l’opposition d’aller à l’encontre des intérêts du Mexique en rejetant sa réforme de l’électricité

0

Paris, 18 avr. (Cinktank.com) –

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a accusé les parlementaires de l’opposition d’aller à l’encontre des intérêts nationaux et de favoriser ceux des entreprises étrangères en rejetant son projet de réforme du secteur de l’électricité.

La Chambre des députés du Mexique a rejeté ce week-end l’initiative présentée par M. Lopez Obrador après une session de plus de douze heures au cours de laquelle l’exécutif a obtenu les deux tiers des voix nécessaires à son approbation. Le vote a donné lieu à 275 voix pour et 223 contre.

Dans ce contexte, le président a qualifié de « très regrettable » ce qui s’est passé en plénière, tout en reconnaissant que « ce n’est pas étrange ». « Un groupe de législateurs qui, au lieu de défendre les intérêts de la nation, sont devenus des défenseurs déclarés de sociétés étrangères qui se consacrent au vol, et ces députés ont soutenu les pilleurs », a-t-il critiqué.

Lors d’une conférence de presse depuis le Palais national, Lopez Obrador a lié les députés « conservateurs », qu’il a définis comme des « vendeurs de pays », d’attaquer les intérêts généraux du pays et de s’aligner sur des nations étrangères, selon le journal « El Universal ».

La réforme visait à établir qu’au moins 54 % de l’énergie serait gérée par la Commission fédérale de l’électricité (CFE), au lieu des 38 % qu’elle gère actuellement, laissant 62 % du contrôle de l’énergie aux mains du secteur privé et des entreprises étrangères.

Lire aussi:   Pékin détecte 21 nouveaux cas positifs de COVID-19 quelques heures seulement avant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques chinois.

L’opposition s’est opposée à la réforme au motif qu’elle entraînerait une augmentation des émissions de gaz polluants et une hausse des prix de l’électricité, ce que le président mexicain lui-même a démenti à plusieurs reprises.

Les États-Unis sont un autre adversaire de la réforme. Le pays voisin a fait valoir que cet arrêt pourrait nuire à ses investissements, raison pour laquelle il a formulé une série de demandes au gouvernement de M. Lopez Obrador.

Article précédentGirona reste fort à Montilivi contre le Real et consolide sa place dans les play-offs de promotion
Article suivantLe Betis installera un écran géant au Villamarín pour regarder la finale de la Coupe.