Accueil Dernières minutes L'International L’ONU se félicite de l’approbation par les parties à la guerre au...

L’ONU se félicite de l’approbation par les parties à la guerre au Yémen de sa proposition de cessez-le-feu

0

Les États-Unis saluent la trêve et regrettent que, bien que des mesures « importantes » aient été prises, l’accord « ne soit pas suffisant ».

L’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Hans Grundberg, s’est félicité vendredi que la coalition internationale dirigée par l’Arabie saoudite et les Huthis aient accepté la trêve de deux mois proposée par l’organisation.

« Je voudrais annoncer que les parties au conflit ont répondu positivement à une proposition de l’ONU pour une trêve de deux mois qui entrera en vigueur le samedi 2 avril à 19 heures », a déclaré M. Grundberg.

Cette nouvelle intervient quelques jours après le rejet par les Huthis d’une proposition de cessez-le-feu unilatéral de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, avant le début du mois de Ramadan et avant le début des consultations de Riyad, organisées par le Conseil de coopération des États arabes du Golfe (CCG) et auxquelles les Huthis ne participeront pas.

Au final, cependant, « les parties ont convenu de mettre fin à toutes les opérations militaires offensives aériennes, terrestres et maritimes à l’intérieur du Yémen et au-delà de ses frontières ; elles ont également accepté de permettre aux navires de ravitaillement d’entrer dans les ports de Hodeida et aux vols commerciaux d’opérer à l’intérieur et à l’extérieur de l’aéroport de Sana’a », a déclaré M. Grundberg dans un communiqué.

« Je remercie les parties d’avoir travaillé avec moi et mon bureau de bonne foi et d’avoir fait les compromis nécessaires pour parvenir à cet accord. L’objectif de cette trêve est de donner aux Yéménites un répit nécessaire après tant de violence (…) et surtout, l’espoir qu’une fin à ce conflit est possible », a déclaré M. Grundberg, qui a encouragé le renouvellement de l’accord au-delà de deux mois.

Lire aussi:   Les États-Unis pensent que la Russie cherche à recruter plus de 60 000 soldats pour renforcer sa présence dans le Donbas.

« Cet accord n’aurait pas été possible sans le soutien international et régional. Pour réussir à mettre en œuvre cette trêve et passer à l’étape suivante, il est essentiel que ce soutien se poursuive », a-t-il déclaré.

M. Grundberg a annoncé que, pendant la durée de la trêve, il mènera des négociations et un dialogue intensifs avec les deux parties au conflit afin de « parvenir à un cessez-le-feu permanent, de répondre aux mesures économiques et humanitaires urgentes et de reprendre le processus politique entre les parties yéménites ».

« J’appelle les parties à adhérer pleinement à la trêve, à la respecter et à prendre toutes les mesures nécessaires pour l’appliquer immédiatement », a appelé l’envoyé spécial pour le Yémen, pour qui cette prolongation est « un premier pas attendu depuis longtemps ».

« Toutes les femmes, tous les hommes et tous les enfants yéménites qui ont immensément souffert pendant plus de sept ans de guerre n’attendent rien de moins que la fin de celle-ci. Les parties ne doivent rien donner de moins, a-t-il dit.

Lire aussi:   L'ONU salue le cessez-le-feu de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen avant le mois de Ramadan

Pour sa part, le président américain a salué l’accord conclu, tout en soulignant que les mesures « importantes » qui ont été prises ne sont « pas suffisantes » pour le moment.

Dans une déclaration publiée par la Maison-Blanche, M. Biden a salué le leadership de l’Arabie saoudite et d’Oman, qui a permis de concrétiser l’accord avant le début du ramadan. Il a également remercié les autorités yéménites pour leur « confiance » dans la médiation de l’ONU.

« Les États-Unis s’efforceront de dissuader les menaces qui pèsent sur nos amis et partenaires, tout en continuant à œuvrer pour la désescalade et la paix dans toute la région. Je souhaite au peuple du Yémen un Ramadan paisible et je l’assure de notre engagement continu pour aider à mettre fin à cette terrible guerre », a conclu le président américain.

La guerre au Yémen oppose le gouvernement internationalement reconnu, dirigé par le président Abdo Rabbu Mansur Hadi et soutenu par une coalition internationale dirigée par l’Arabie saoudite, aux Huthis, soutenus par l’Iran, qui contrôlent Sanaa et certaines parties du nord et de l’ouest du pays.

Le conflit s’est intensifié sur plusieurs fronts ces derniers mois, malgré les efforts de médiation internationaux, dans une guerre qui a provoqué ce qui est la plus grande crise humanitaire du monde.

Article précédentSystème d’infodivertissement Smart Play de la prochaine génération de Maruti Suzuki : tout ce que vous devez savoir
Article suivantLa Chambre des représentants des États-Unis approuve une initiative visant à décriminaliser la marijuana au niveau fédéral.