Accueil Dernières minutes L'International L’ONU prévient que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a...

L’ONU prévient que le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a doublé en deux ans

0

Paris, 19 mai (Cinktank.com) –

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a indiqué que le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire grave a doublé en deux ans seulement, passant de 135 millions avant la pandémie à 276 millions aujourd’hui.

Plus précisément, plus d’un demi-million de personnes vivent dans des conditions de famine, soit une augmentation de plus de 500 % depuis 2016. M. Guterres a qualifié ces chiffres de « terrifiants » et a déclaré que « si vous ne nourrissez pas les gens, vous nourrirez les conflits ».

« L’invasion russe de l’Ukraine amplifie et accélère tous ces facteurs : changement climatique, COVID-19 et inégalités. Elle menace de pousser des dizaines de millions de personnes au bord de l’insécurité alimentaire, puis de la malnutrition, de la famine de masse et de la famine, dans une crise qui pourrait durer des années », a-t-il averti lors d’une réunion de l’Appel à l’action pour la sécurité alimentaire mondiale.

Les deux parties impliquées dans le conflit produisent « près d’un tiers du blé et de l’orge du monde et la moitié de l’huile de tournesol » et la Russie et le Belarus sont les premiers producteurs mondiaux de potasse, un ingrédient clé des engrais, a déclaré le secrétaire général à New York jeudi.

« L’année dernière, les prix mondiaux des denrées alimentaires ont augmenté de près d’un tiers, ceux des engrais de plus de la moitié et ceux du pétrole de près des deux tiers », a déclaré M. Guterres, ajoutant que « la plupart des pays en développement ne disposent pas de la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour amortir le choc de ces énormes augmentations ».

Lire aussi:   L'Iran appelle à "confinement" dans la crise ukrainienne et accuse l'OTAN et les États-Unis de "compliquant" la situation

« L’urgence climatique est un autre moteur de la faim dans le monde. Au cours de la dernière décennie, 1,7 milliard de personnes ont été touchées par des catastrophes liées au climat et à des conditions météorologiques extrêmes. L’impact économique causé par la pandémie de COVID-19 a exacerbé l’insécurité alimentaire, réduisant les revenus et perturbant les chaînes d’approvisionnement », a-t-il ajouté.

M. Guterres a mis en garde contre l’impact « dévastateur » de cette situation sur les individus, les familles et les sociétés, notamment face à une crise qui pourrait s’aggraver et toucher de nombreux autres aliments, comme le riz, dans les pays d’Asie et d’Amérique.

« Les enfants peuvent souffrir des effets du retard de croissance tout au long de leur vie. Des millions de femmes et d’enfants souffriront de malnutrition ; les filles seront retirées de l’école et forcées de travailler ou de se marier ; et des familles entreprendront des voyages périlleux à travers les continents juste pour survivre », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Près de 50 personnes tuées par de l'alcool artisanal en Turquie

Les priorités de M. Guterres sont les restrictions à l’exportation, la réintégration de la production provenant des pays touchés par la guerre en Ukraine, ainsi que l’accès aux liquidités et les investissements « généreux » des institutions financières internationales.

« Les gouvernements doivent stimuler la production agricole et investir dans des systèmes alimentaires résilients qui protègent les petits producteurs alimentaires. Aux prix actuels, les agriculteurs n’ont pas les moyens d’acheter des semences, du carburant et des engrais. Les gouvernements doivent être en mesure de les soutenir par des subventions et de les connecter aux marchés », a-t-il déclaré.

Enfin, le Secrétaire général des Nations unies a déclaré que les opérations humanitaires « doivent être entièrement financées pour prévenir la famine et réduire la faim ». « Ces ressources doivent être utilisées pour le plus grand bien, en exemptant les achats alimentaires humanitaires de taxes, sanctions et autres restrictions », a-t-il déclaré.

« Les implications économiques, financières et sécuritaires complexes nécessitent la bonne volonté de toutes les parties pour parvenir à un accord mondial », a souligné Antonio Guterres, ajoutant que « la crise alimentaire ne respecte pas les frontières et aucun pays ne peut la surmonter seul. »

Article précédentLes États-Unis sont convaincus que le processus d’adhésion à l’OTAN de la Finlande et de la Suède sera « efficace » et « efficient ».
Article suivantLes autobus à plancher bas de la KSRTC, qui enregistrent des pertes, seront transformés en salles de classe.