Accueil Dernières minutes L'International L’ONU met en garde contre une éventuelle restriction des libertés au Sri...

L’ONU met en garde contre une éventuelle restriction des libertés au Sri Lanka suite à l’instauration de l’état d’urgence en raison des manifestations.

0

Paris :, 5 avr. (Cinktank.com) –

La porte-parole du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Liz Throssell, a mis en garde mardi contre une possible restriction des libertés et des droits de la population sri-lankaise dans le cadre de l’état d’urgence décrété en réponse à la forte vague de protestations liées à la crise économique.

Dans un communiqué, M. Throssell a déclaré que l’ONU « suit de près l’évolution de la situation au Sri Lanka », où la « frustration » de la population s’est accrue au cours des derniers mois, avec de nombreuses manifestations.

La situation s’est aggravée dans le pays au cours des deux dernières semaines en raison de graves coupures de courant, du manque de gaz de cuisine et de nourriture. Cela a entraîné une augmentation des protestations, qui perçoivent de plus grandes difficultés à obtenir des produits de base.

À la suite des manifestations de la semaine dernière devant la résidence du président du pays, Gotabaya Rajapaksa, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence, annoncé un couvre-feu de 36 heures et bloqué les réseaux de médias sociaux pendant 15 heures. Selon l’ONU, il y a également eu une forte présence policière et le recours à la violence contre les manifestants.

« Nous craignons que ces mesures ne soient utilisées pour saper la légitimité de l’expression des personnes et des manifestations pacifiques, tout en provoquant des frustrations dans les échanges de vues », a déclaré M. Throssell.

Lire aussi:   M. Borrell attend des résultats ce week-end dans les négociations visant à sauver l'accord sur le nucléaire iranien

Il a rappelé aux autorités sri-lankaises que les mesures liées à l’état d’urgence « doivent être conformes aux normes internationales et se limiter aux actions requises par les circonstances ».

En ce sens, elle a mis en garde contre un « glissement vers la militarisation et l’affaiblissement des institutions », qui a affecté la « capacité de l’État à faire face efficacement à la crise économique et à garantir les droits culturels et sociaux de la population sri-lankaise ».

« Nous exhortons le gouvernement, les partis politiques et la société à s’engager immédiatement dans un dialogue inclusif pour trouver une solution et relever les défis politiques et économiques auxquels le pays est confronté afin d’éviter une polarisation de la situation », a-t-il déclaré.

Article précédentClaudio Bravo renouvelle son contrat avec le Betis jusqu’en 2023
Article suivantBlinken dit que ce qui s’est passé à Bucha est un… « campagne délibérée » La campagne délibérée de la Russie pour « tuer, torturer et violer »