Accueil Dernières minutes L'International L’ONU estime que des « efforts et une patience supplémentaires » sont nécessaires pour...

L’ONU estime que des « efforts et une patience supplémentaires » sont nécessaires pour relancer l’accord sur le nucléaire iranien.

0

Souligne qu’il n’existe « aucune alternative viable » à la mise en œuvre intégrale du pacte par tous les signataires.

Paris :, 15 déc. (Cinktank.com) –

L’ONU a déclaré mercredi que les discussions à Vienne sur l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran montrent que « des efforts et une patience supplémentaires » sont nécessaires pour son rétablissement complet et a souligné qu’il n’y a « aucune alternative viable » à la mise en œuvre complète du pacte par tous les pays signataires.

La secrétaire générale adjointe de l’ONU chargée des affaires politiques et de la consolidation de la paix, Rosemary DiCarlo, a déclaré au Conseil de sécurité que l’accord de 2015 « était le résultat de plus d’une décennie de diplomatie déterminée » et a ajouté qu’il avait « porté ses fruits ».

Il a déclaré que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, « espère que dans les négociations actuelles, les États-Unis et l’Iran mobiliseront le même esprit et le même engagement qui ont conduit à l’accord nucléaire ». « Il n’y a tout simplement aucune alternative viable à la mise en œuvre complète et efficace du plan », a-t-il fait valoir.

M. DiCarlo a donc appelé les États-Unis à « retirer ou lever leurs sanctions » et à étendre l’exemption de sanctions à « certaines activités civiles liées au nucléaire qui ont lieu à la centrale nucléaire de Bushehr, à l’installation de Fordo et au réacteur d’Arak ».

« L’extension de ces exemptions est nécessaire pour le transfert d’uranium enrichi hors d’Iran en échange d’uranium naturel », a-t-il expliqué, avant d’appeler l’Iran à « revenir » sur les mesures prises après la sortie unilatérale des États-Unis de l’accord en 2018.

Lire aussi:   Le Royaume-Uni sanctionne des commandants de haut rang de l'armée biélorusse pour leur rôle dans l'invasion de l'Ukraine

À cet égard, il a rappelé que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) « a indiqué que l’Iran a poursuivi ses activités de recherche et de développement sur l’uranium métal » et a souligné que Téhéran a violé les clauses relatives au stockage de l’uranium enrichi et au niveau d’enrichissement de celui-ci.

M. DiCarlo a également déclaré que l’AIEA a signalé le 1er décembre que les autorités iraniennes « ont commencé à enrichir de l’uranium en utilisant des centrifugeuses avancées à l’usine de Fordo » et a souligné que ses activités de contrôle et de vérification ont été « sérieusement compromises » par la décision de Téhéran de ne plus respecter certains de ses engagements.

Plus récemment, l’agence a souligné que l’absence d’accès régulier à ses équipements de vérification et de surveillance, comme convenu dans le plan, devient un défi important pour l’agence dans le rétablissement de sa « continuité de connaissance » sur les activités nucléaires de l’Iran.

Il a souligné que l’accord nucléaire et la résolution 2231, adoptée par le Conseil de sécurité des Nations unies pour le soutenir, « soutiennent les objectifs communs de non-prolifération régionale et de sécurité régionale et internationale ».

Il a ainsi fait valoir que « les initiatives bilatérales et multilatérales visant à améliorer les relations avec l’Iran sont des développements positifs » et a réaffirmé qu' »il est important que l’Iran réponde aux préoccupations des participants au plan et des autres États membres concernant la résolution 2231″.

Lire aussi:   Zelensky demande aux membres du Congrès américain d'imposer une zone d'exclusion aérienne

« Nous appelons en outre les États membres et le secteur privé à s’engager dans des activités commerciales avec l’Iran et à utiliser les dispositifs disponibles, tels que l’instrument d’appui aux échanges commerciaux (INSTEX), le canal établi par la résolution 2231 et l’accord commercial humanitaire suisse ».

« Ces derniers jours, l’Iran et les États-Unis ont à nouveau affirmé leur sérieux dans la recherche d’un retour à la mise en œuvre complète de l’accord nucléaire. Le secrétaire général est encouragé par ces engagements et appelle les deux pays à progresser rapidement vers un accord acceptable », a-t-il déclaré.

Enfin, M. DiCarlo a souligné que M. Guterres « remercie les autres participants à la commission mixte pour leurs efforts diplomatiques continus et leur demande de maintenir une atmosphère propice à la poursuite et à l’achèvement des pourparlers à Vienne ».

Les pourparlers visant à ramener les États-Unis dans l’accord et à amener l’Iran à respecter ses engagements ont été réactivés le 29 novembre à Vienne, après que les contacts aient été suspendus avant l’élection présidentielle iranienne, remportée par l’ultraconservateur Ebrahim Raisi.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentYouTube affirme que ses services sont de nouveau opérationnels après une brève panne.
Article suivantJioSaavn introduit l’abonnement mensuel à Re 1 pour les utilisateurs de Jio