Accueil Dernières minutes L'International L’OMS confirme plus de 80 cas de variole du singe dans plus...

L’OMS confirme plus de 80 cas de variole du singe dans plus d’une douzaine de pays à travers le monde

0

Paris, 21 mai (Cinktank.com) –

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé plus de 80 cas de monkeypox et a annoncé le début d’un protocole de travail avec les pays touchés, plus d’une douzaine selon les estimations de l’agence onusienne, afin d’améliorer « leur compréhension de l’étendue et des causes de la maladie ».

L’agence a également connaissance d’une cinquantaine de cas supplémentaires en attente de confirmation d’un virus qu’elle décrit comme « endémique dans les populations animales de plusieurs pays ». Elle admet toutefois que les foyers découverts dans onze pays — douze dont la Suisse, qui a confirmé samedi son premier cas depuis la publication de cette déclaration — sont « atypiques » dans la mesure où ils sont survenus dans des endroits « non endémiques ».

« Le monkeypox se propage différemment du coronavirus, toujours par contact étroit », explique l’organisation.

« Les personnes qui ont eu des contacts étroits avec une personne atteinte courent un plus grand risque d’infection. Cette population comprend les travailleurs de la santé, les membres de la famille ou les partenaires sexuels », indique l’OMS.

La variole du singe est présente en Afrique centrale et occidentale, souvent près des forêts tropicales humides, et est considérée comme endémique en République démocratique du Congo, où elle a été découverte pour la première fois chez l’homme en 1970.

Lire aussi:   Les États-Unis soupçonnent la Chine de vouloir établir sa première base atlantique permanente en Guinée équatoriale, selon le "WSJ".

La Chine rejette la proposition américaine d’inviter Taïwan à l’assemblée de l’OMS.

Les symptômes de la maladie sont la fièvre, les maux de tête, les douleurs musculaires, les douleurs dorsales, le gonflement des ganglions lymphatiques, les frissons et la fatigue. Des éruptions cutanées peuvent également apparaître sur le visage et d’autres parties du corps. Selon l’OMS, le taux de mortalité des épidémies de variole est généralement compris entre 1 et 10 %, la plupart des décès survenant dans les groupes d’âge les plus jeunes.

Face aux rapports faisant état d’une incidence particulière de l’infection parmi la population homosexuelle, l’agence considère qu’il est « inacceptable » que des groupes de personnes se retrouvent « stigmatisés » et décrit ce comportement comme un « obstacle à l’arrêt de l’apparition de toute maladie ».

« Le risque de contracter la variole du singe n’est pas limité aux personnes sexuellement actives ni aux hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Toute personne ayant un contact physique étroit avec une personne infectée est à risque », ajoute l’organisation.

Lire aussi:   La "troïka" pour le Soudan et l'UE ne soutiendra pas la formation d'un nouveau gouvernement au Soudan sans participation civile.

La discrimination « peut empêcher les personnes touchées de rechercher des soins et entraîner une propagation non détectée », conclut l’organisation.

Article précédentBiden signe un nouveau programme de macro-assistance pour l’Ukraine grâce à Zelenski
Article suivantL’archevêque de San Francisco excommunie Pelosi en raison de sa position pro-choix.