Accueil Dernières minutes L'International L’OLP demande aux États-Unis de rouvrir le consulat à Jérusalem-Est et de...

L’OLP demande aux États-Unis de rouvrir le consulat à Jérusalem-Est et de le retirer de sa liste de groupes terroristes.

0

Appelle à « relancer l’aide à l’Autorité palestinienne » et à s’attaquer aux « mesures unilatérales » d’Israël.

Paris, 13 juin (Cinktank.com) –

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a appelé lundi les autorités américaines à rouvrir son consulat à Jérusalem, quelques jours après que Washington a rétabli une ligne de communication avec l’Autorité palestinienne, coupée par l’ancien président américain Donald Trump à la suite du transfert de l’ambassade du pays en Israël à Jérusalem.

« J’ai souligné la nécessité de la réouverture du consulat américain à Jérusalem-Est et du retrait de l’OLP de la liste des organisations terroristes », a déclaré le secrétaire général du comité exécutif de l’OLP, Husein al-Sheikh, dans une série de messages sur son compte Twitter officiel, à l’issue de sa rencontre avec la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires proche-orientales, Barbara Leaf.

Al Shaykh a dénoncé le fait que ces mesures ont été prises à la suite de « lois injustes du Congrès (américain) contre le peuple palestinien » et a ajouté qu’ils ont également discuté de « la nécessité de relancer l’aide à l’Autorité palestinienne et de s’attaquer aux mesures unilatérales qui sapent la solution à deux États et les possibilités de paix ».

« Au cours de la réunion, qui fait partie de nombreuses avec la délégation américaine dans le cadre des préparatifs de la visite du président (américain) (Joe) Biden, nous avons discuté des derniers développements au niveau politique et sur le terrain dans les territoires palestiniens en raison de l’escalade des tensions du côté israélien et du terrorisme des colons et de leurs attaques quotidiennes », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   M. Blinken réitère son engagement en faveur de deux États lors d'une conversation téléphonique avec M. Abbas.

Il a dénoncé les « attaques contre des citoyens et des journalistes, comme ce fut le cas pour la martyre Shirin abu Akle », une journaliste américano-palestinienne de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera qui a été abattue d’une balle dans la tête en mai lors d’une opération des forces de sécurité israéliennes dans la ville de Jénine.

« J’ai ajouté que nous avons besoin de sécurité et de stabilité, ainsi que de la fin de l’occupation et de la création d’un État palestinien indépendant sur les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est et la bande de Gaza, tout en soulignant la nécessité de s’en tenir aux accords signés entre l’OLP et Israël pour appliquer les résolutions internationales légitimes qui n’ont pas été appliquées », a-t-il souligné.


M. Abbas qualifie l’occupation israélienne d' »insoutenable ».

Pour sa part, le ministère palestinien des affaires étrangères a appelé l’administration américaine à exercer une « pression » sur le gouvernement israélien pour qu’il mette fin à toutes les actions unilatérales « visant à créer un nouveau ‘statu quo’ qui profite à ses intérêts coloniaux au détriment des terres de l’État palestinien », selon l’agence de presse palestinienne WAFA.

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a appelé dimanche à Leaf les États-Unis à tout faire pour fixer un « horizon politique » et un nouvel objectif face à la paralysie absolue du processus de paix au Moyen-Orient, aggravée par les incessantes flambées de tension entre Israéliens et Palestiniens depuis la guerre de 2021 dans la bande de Gaza.

Lire aussi:   L'Allemagne fait pression sur la Serbie pour qu'elle prenne ses distances avec la Russie dans le conflit avec l'Ukraine

M. Biden, qui prévoit de se rendre en Cisjordanie en juillet, a rétabli les relations diplomatiques avec les Palestiniens quelques mois après son entrée en fonction et a déclaré son intention de rouvrir le consulat américain à Jérusalem – la mission diplomatique rattachée à l’ambassade qui entretient des relations avec l’Autorité palestinienne – après que son prédécesseur, Donald Trump, a annoncé sa fermeture en 2019.

Toutefois, le président américain est resté passif ces derniers mois face à l’opposition de la fragile coalition qui gouverne aujourd’hui Israël, qui s’est jusqu’à présent désengagée de tout retour aux négociations. Lors de sa rencontre avec Leaf, M. Abbas a souligné que Jérusalem-Est « est et sera toujours la capitale de l’État de Palestine ».

« Nous ne ferons aucun compromis sur nos principes nationaux et nous resterons fermes sur nos terres. Il est temps que l’occupation s’en aille », a déclaré M. Abbas, qui a également demandé à l’envoyé de retirer l’OLP de la liste américaine des organisations terroristes et de rouvrir enfin le consulat américain à Jérusalem-Est, comme l’avait promis M. Biden.

Article précédentLes États-Unis proposent des normes pour les projets de recharge rapide de véhicules électriques
Article suivantLancement de l’Omega Seiki Stream, un véhicule électrique à trois roues pour passagers, à 3,40 millions de roupies.