Accueil Dernières minutes L'International L’OIM commence à vacciner 7 500 migrants au Yémen contre le COVID-19

L’OIM commence à vacciner 7 500 migrants au Yémen contre le COVID-19

0

Paris :, 15 déc. (Cinktank.com) –

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé mercredi une campagne de vaccination contre le COVID-19 pour les migrants bloqués au Yémen, cherchant à immuniser quelque 7 500 personnes dans ses installations dans les villes d’Aden et de Marib.

Christa Rottensteiner, chef de mission de l’OIM, a expliqué que « l’immunisation des citoyens en transit est essentielle pour lutter contre la propagation du COVID-19 ».

Naima Mohamed, une migrante éthiopienne qui a reçu le vaccin à Aden, a déclaré à l’OIM qu’un membre de sa famille était mort du COVID-19 l’année dernière. Depuis, elle se rend fréquemment dans les locaux de l’agence des Nations unies pour apprendre les mesures de protection, comme le lavage fréquent des mains et le port d’un masque. « Maintenant que je suis vacciné, je suis plus protégé », a-t-il déclaré.

On estime que 36 000 migrants sont bloqués au Yémen en raison des restrictions à la mobilité, dont environ 3 500 sont concentrés dans la seule ville de Marib. Beaucoup d’entre eux dorment dans des conditions surpeuplées et insalubres, où le virus peut se propager très rapidement.

« La vaccination contre le COVID-19 est encore plus cruciale dans des endroits comme Marib, où le conflit en cours continue d’affaiblir les structures de santé et de perturber la chaîne d’approvisionnement en médicaments », a déclaré M. Rottensteiner, qui a toutefois déploré que le nombre de doses soit encore insuffisant pour protéger les Yéménites de la maladie. Il a appelé à un « soutien accru » de la part de la communauté internationale.

Lire aussi:   Navalni dépose une nouvelle plainte contre la prison où il est incarcéré

« Jusqu’à présent, la pandémie a eu un impact sérieux sur la santé, le bien-être et les revenus des Yéménites. Le COVID-19 a attisé les multiples crises déjà présentes dans le pays asiatique depuis le début du conflit en 2015. Depuis cette semaine, les autorités sanitaires yéménites ont signalé plus de 10 000 infections dans le pays, mais il est difficile d’estimer l’impact réel de la maladie sur la population en raison des contraintes existantes.

Le conflit au Yémen a engendré la pire crise humanitaire au monde. Le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime que 80 % de la population du Yémen, soit 24 millions de personnes, ont besoin d’une aide humanitaire.

Article précédentAlerte Omicron : Apple retarde à nouveau le retour aux bureaux et annonce un bonus pour tous les employés.
Article suivantBiden visite le Kentucky après les tornades et dit qu’il couvrira le coût des travaux d’urgence.