Accueil Dernières minutes L'International L’Iran souligne qu’il « n’attendra pas éternellement » et affirme que l’accord est « à...

L’Iran souligne qu’il « n’attendra pas éternellement » et affirme que l’accord est « à portée de main » si les États-Unis « se ressaisissent ».

0

Paris, 1 Mar. (Cinktank.com) –

Le gouvernement iranien a déclaré mardi qu’il « n’attendra pas éternellement » de parvenir à un accord pour relancer l’accord nucléaire de 2015, avant de souligner que cette possibilité « est à portée de main une fois que la Maison Blanche aura clarifié sa position ».

« Les États-Unis se sont déjà retirés de l’accord nucléaire. Nous devons veiller à ce que cela ne se reproduise pas », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Jatibzadé, dans un message publié sur son compte Twitter officiel.

Il a souligné que « chacun a son propre « plan B », bien que le plan américain se soit avéré vide ». « Les fanfaronnades et les bluffs n’ont pas fonctionné et ne fonctionneront pas. Des décisions seront prises », a conclu M. Jatibzadé.

Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères a déclaré lundi que « trois questions principales » restaient à résoudre pour parvenir à un accord, avant de souligner l’absence de « décisions politiques » de la part des États-Unis et d’autres pays occidentaux. « Ces questions sont liées au retrait des sanctions et aux déclarations politiques sur le programme nucléaire. Nous verrons dans les prochains jours si l’autre partie a pris une décision ou non », a-t-il déclaré.

Jatibzadé a souligné que « le projet a été préparé conjointement » et a précisé que « plus de 98% du projet a été rédigé conjointement ». « Ce qui reste est ce qui doit être abordé », a-t-il souligné, tout en réaffirmant que Téhéran ne franchira pas ses « lignes rouges ».

Lire aussi:   Erdogan effectuera sa première visite officielle en Arabie saoudite depuis le meurtre d'Hashogi en février

Les pourparlers visant à ramener les États-Unis dans l’accord et à amener l’Iran à respecter ses engagements ont été relancés le 29 novembre à Vienne après que les contacts aient été suspendus à la veille de l’élection présidentielle iranienne, remportée par l’ultraconservateur Ebrahim Raisi.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentLukashenko assure que la défense aérienne est en place « prêt » pour empêcher les attaques contre la Russie « de l’arrière »
Article suivantHuit pays de l’UE s’unissent pour exiger l’adhésion de l’Ukraine au bloc européen