Accueil Dernières minutes L'International L’Iran et l’AIEA parviennent à un accord pour remplacer les caméras de...

L’Iran et l’AIEA parviennent à un accord pour remplacer les caméras de surveillance de l’installation de Karaj

0

L’Iran affirme avoir conclu « un bon accord » avec l’AIEA sur son programme nucléaire

Le gouvernement iranien et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont parvenus à un accord pour remplacer les caméras de surveillance du site de Karaj, au nord de la capitale, Téhéran, dans ce que le ministre iranien des Affaires étrangères, Hosein Amirabdolahian, a qualifié de « bon accord ».

L’AIEA a déclaré dans un communiqué que l’agence allait « bientôt » installer de nouvelles caméras de surveillance à Karaj dans le cadre de l’accord conclu par le directeur général de l’AIEA, Mariano Grossi, et le chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA), Mohamad Eslami.

Ces caméras remplaceront celles qui ont été retirées par les autorités cette année, a déclaré l’AIEA, soulignant que l’agence et l’Iran continueront à travailler sur les questions de garanties encore en suspens dans le but de trouver un accord.

« L’accord avec l’Iran sur le remplacement des caméras de surveillance de l’installation de Karaj est un développement important pour les activités de vérification et de surveillance de l’AIEA en Iran », a déclaré M. Grossi, selon le communiqué.

« Il nous permettra de relancer la nécessaire continuité des connaissances dans cette installation. J’espère sincèrement que nous pourrons poursuivre nos discussions constructives afin d’aborder et de résoudre les questions de garanties encore en suspens en Iran », a-t-il déclaré.

À cet égard, l’AIEA a confirmé que les deux parties procéderont à une série d’échanges d’informations, y compris des réunions au niveau des experts, tandis que l’agence mettra à disposition une chambre le 10 décembre pour analyse par les autorités de sûreté et en présence des inspecteurs de l’agence.

Lire aussi:   La Corée du Sud détecte plusieurs tremblements de terre près d'une installation nucléaire nord-coréenne

De son côté, M. Amirabdolahian avait indiqué peu avant l’annonce de l’AIEA que le gouvernement iranien était parvenu à « un bon accord » avec l’agence sur les points de désaccord concernant son programme nucléaire, sans donner de précisions.

« La nuit dernière, nous sommes parvenus à un bon accord avec l’AIEA qui pourrait mettre fin à certaines des prétendues préoccupations concernant le programme nucléaire pacifique de l’Iran et conduire à une coopération mutuelle continue avec l’agence », a-t-il déclaré, selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères.

Fin novembre, l’Iran a montré sa volonté de maintenir sa coopération avec l’AIEA, après que le directeur général de l’agence, Rafael Grossi, a déclaré que les contacts établis lors de sa visite à Téhéran n’avaient pas été concluants. Le gouvernement a fait valoir qu’il y avait « trop de problèmes » et « trop peu de temps » pour les résoudre et parvenir à un accord.

M. Amirabdolahian a également qualifié de « mensonges » les allégations d’exigences allant au-delà de l’accord nucléaire de 2015 dans les documents soumis par l’équipe de négociation dans la capitale autrichienne, Vienne, pour les discussions sur une éventuelle relance du pacte.

Le ministre iranien des Affaires étrangères a souligné que deux textes sont en discussion à Vienne, dont un issu des six premiers cycles de contacts, tout en se montrant « optimiste » quant à la possibilité de réaliser des « progrès » si les autres pays « agissent de manière réaliste ».

Les Nations unies ont déclaré mercredi que les pourparlers de Vienne montrent que « des efforts supplémentaires et de la patience » sont nécessaires pour une restauration complète et ont souligné qu’il n’y a « aucune alternative viable » à la mise en œuvre complète du pacte par tous les pays signataires.

Lire aussi:   Des dizaines de personnes manifestent à Beyrouth contre le Premier ministre libanais et son projet de budget.

Rosemary DiCarlo, secrétaire générale adjointe des Nations unies chargée des affaires politiques et de la consolidation de la paix, a rappelé que l’AIEA « a indiqué que l’Iran a poursuivi ses activités de recherche et de développement sur l’uranium métal » et a souligné que Téhéran a violé les clauses relatives au stockage de l’uranium enrichi et au niveau d’enrichissement de l’uranium enrichi.

M. DiCarlo a également déclaré que l’AIEA a signalé le 1er décembre que les autorités iraniennes « ont commencé à enrichir de l’uranium en utilisant des centrifugeuses avancées à l’usine de Fordo » et a souligné que ses activités de contrôle et de vérification ont été « sérieusement compromises » par la décision de Téhéran de ne plus respecter certains de ses engagements.

« Plus récemment, l’agence a souligné que l’absence d’accès régulier à ses équipements de vérification et de surveillance, comme convenu dans le plan, devient un défi important pour l’agence dans le rétablissement de sa ‘continuité de connaissance’ sur les activités nucléaires de l’Iran », explique-t-elle.

Les pourparlers visant à ramener les États-Unis dans l’accord et à amener l’Iran à respecter ses engagements ont été relancés le 29 novembre à Vienne après que les contacts aient été suspendus à la veille de l’élection présidentielle iranienne, remportée par l’ultraconservateur Ebrahim Raisi.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentLa Cour suprême du Royaume-Uni se prononce contre la délivrance de passeports neutres en matière de genre
Article suivantLe Real Madrid, le FC Barcelona et l’Athletic engagent une action en justice contre « LaLiga Impulso ».