Accueil Dernières minutes L'International L’Iran défend ses mesures en réponse à l’AIEA et critique les « demandes...

L’Iran défend ses mesures en réponse à l’AIEA et critique les « demandes excessives » lors des discussions de Vienne

0

Le gouvernement accuse M. Grossi d’avoir « rencontré les mauvaises personnes au mauvais moment et au mauvais endroit » lors de sa visite en Israël.

Paris, 13 juin (Cinktank.com) –

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hosein Amirabdolahian, a défendu lundi la décision de Téhéran d’installer de nouvelles centrifugeuses et de retirer les caméras de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) suite à la résolution condamnatoire de la semaine dernière, tout en critiquant les « exigences excessives » de la communauté internationale.

« Chaque fois que l’autre partie a présenté des demandes excessives (lors des pourparlers à Vienne pour relancer l’accord nucléaire de 2015), nous avons utilisé les outils et le pouvoir du pays pour leur faire comprendre que les intérêts et le bien-être de la nation iranienne sont importants pour nous et nous maintiendrons nos efforts à cette fin », a-t-il déclaré, selon la chaîne iranienne Press TV.

Il a insisté sur le fait que les autorités iraniennes « ont proposé des initiatives et des idées sur une base logique lorsqu’elles ont été traitées logiquement par l’autre partie », tout en montrant sa volonté que les parties reprennent les négociations pour réactiver l’accord nucléaire, pour autant que « les droits du pays soient protégés au niveau international ».

En ce sens, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Jatibzadé, a critiqué la position « politique et contraire à l’éthique » du directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, après son voyage officiel en Israël quelques jours avant le vote de la résolution – présentée par les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne – par le Conseil des gouverneurs de l’organisme international.

Lire aussi:   Israël autorise les soldats à ouvrir le feu sur des assaillants palestiniens en fuite

M. Jatibzadé a souligné que la résolution est « totalement politique et pré-conçue » pour affecter la coopération entre Téhéran et l’AIEA et a regretté que M. Grossi « ait permis au régime sioniste qui viole la loi de se moquer des structures de l’AIEA », comme le rapporte l’agence de presse iranienne Tasnim.


L’Iran livre au Venezuela un superpétrolier de sa propre fabrication

« Je pense que le message de ce voyage est aussi clair que n’importe quelle démarche non diplomatique », a-t-il passé en revue. « Le directeur général (de l’AIEA) devrait se préoccuper de l’impartialité et de l’indépendance. Selon les statuts de l’agence, il a rencontré les mauvaises personnes au mauvais moment et au mauvais endroit », a-t-il fait valoir.

Il a réaffirmé que les décisions prises par Téhéran après la résolution étaient « décisives et proportionnées » et a ajouté que les autorités avaient cessé toutes leurs actions « volontaires » en dehors de l’accord de garanties, selon l’agence de presse iranienne Mehr. Il a donc demandé à l’AIEA de se concentrer sur les pays qui ne sont pas parties au traité de non-prolifération nucléaire, faisant référence à Israël.

Lire aussi:   Macron donne la priorité à une réforme de l'espace Schengen dans le cadre de la présidence française de l'UE

Les autorités iraniennes ont annoncé vendredi qu’elles avaient commencé à injecter du gaz dans les nouvelles centrifugeuses installées dans le cadre de leur programme nucléaire, une mesure annoncée après l’adoption par l’AIEA d’une résolution reprochant à Téhéran de ne pas expliquer les traces d’uranium détectées sur trois sites jusque-là non déclarés. Un jour plus tôt, Téhéran avait annoncé le retrait de 27 caméras de sécurité.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord nucléaire de 2015 après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentFrance – Croatie : pronostic, avant-match et compo
Article suivantLe leader de Donetsk exclut de gracier les « mercenaires étrangers » condamné à mort