Accueil Dernières minutes L'International L’Iran critique les nouvelles sanctions américaines et déclare ne pas faire confiance...

L’Iran critique les nouvelles sanctions américaines et déclare ne pas faire confiance à Washington

0

Téhéran appelle Washington à « abandonner sa folie des sanctions ».

Paris, 17 juin (Cinktank.com) –

Le président iranien Ebrahim Raisi a critiqué vendredi le nouveau train de sanctions annoncé jeudi par les États-Unis et souligné qu’il n’avait « aucune confiance » dans la volonté de Washington de parvenir à un accord sur l’accord nucléaire de 2015.

« Les sanctions doivent être neutralisées. Je me demande pourquoi les Américains envoient d’un côté le message qu’ils sont prêts pour un accord, alors que de l’autre ils continuent à ajouter des sanctions », a-t-il déclaré, avant de dénoncer Washington pour avoir « rompu ses promesses ».

« Lorsque nous disons que nous ne faisons pas confiance aux États-Unis, le monde doit admettre que nous avons raison lorsque nous disons que les Américains ne tiennent pas leurs promesses », a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement américain cherche à faire « pression » sur l’Iran avec ces sanctions.

Il s’est demandé si les sanctions « ont jusqu’à présent limité » les activités des autorités iraniennes, tout en soulignant que le pouvoir des États-Unis au niveau mondial diminue, selon l’agence de presse iranienne Mehr.

« Lorsque les Américains déclarent que nous avons échoué outrageusement face à la campagne de ‘pression maximale’ contre l’Iran, cela signifie que la révolution islamique est sur la voie de la victoire et du progrès », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   La Corée du Sud choisit le successeur du président Moon Jae In lors d'une élection

Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hosein Amirabdolahian, a appelé Washington à « abandonner sa folie des sanctions ». « L’Iran ne se distanciera pas des pourparlers axés sur les résultats », a-t-il déclaré dans un message sur son compte Twitter.

« En nous en tenant à l’acte du Parlement, nous poursuivons les pourparlers et appelons les États-Unis à être réalistes et à abandonner leur folie des sanctions et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à se concentrer sur ses tâches techniques, plutôt que d’adopter une position politisée », a-t-il fait valoir.


Israël demande au Conseil de sécurité de l’ONU de « réactiver » les sanctions contre l’Iran en raison de son programme nucléaire.

« Nous n’hésiterons jamais à neutraliser les sanctions », a souligné M. Amirabdolahian, après que les États-Unis ont annoncé jeudi une série de sanctions contre un réseau de producteurs pétrochimiques iraniens et des sociétés écrans présumées en Chine et aux Émirats arabes unis (EAU).

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a expliqué dans une déclaration que les sanctions touchent les entreprises qui « soutiennent Triliance Petrochemical Co et Iran Petrochemical Commercial Company », qu’il a décrites comme des « entités instrumentales dans la gestion de la vente à l’étranger de produits pétrochimiques iraniens ».

Lire aussi:   Loukachenko menace la Lituanie de "représailles" si elle empêche l'accès des marchandises à la Baltique

« Ce réseau permet d’effectuer des transactions internationales et d’échapper aux sanctions en soutenant la vente de produits pétrochimiques iraniens à des clients en Chine et dans d’autres régions d’Asie de l’Est », a-t-il fait valoir, tout en défendant la « sincérité » de Washington dans la recherche d’une solution diplomatique aux tensions.

« En l’absence d’un accord, nous continuerons à utiliser nos pouvoirs de sanctions pour limiter les exportations iraniennes de pétrole, de produits pétroliers et de produits pétrochimiques », a réaffirmé M. Blinken dans sa déclaration, publiée sur le site Web du département d’État.

Les autorités iraniennes ont annoncé la semaine dernière qu’elles avaient commencé à injecter du gaz dans les nouvelles centrifugeuses installées dans le cadre de leur programme nucléaire, suite à une décision critique de l’AIEA. Un jour plus tôt, Téhéran avait annoncé le retrait de 27 caméras de sécurité, une décision critiquée par le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi.

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord nucléaire de 2015 après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentLe gouvernement britannique signe l’ordre d’extradition d’Assange vers les États-Unis
Article suivantLes gars devant nous jouaient si lentement.