Accueil Dernières minutes L'International L’Irak annonce la fin des « missions de combat » de la coalition contre...

L’Irak annonce la fin des « missions de combat » de la coalition contre l’État islamique et le début de son retrait

0

La coalition souligne que « la nouvelle mission vise à conseiller, assister et former les forces irakiennes ».

Les autorités irakiennes ont annoncé jeudi la fin des « missions de combat » de la coalition internationale contre le groupe djihadiste État islamique et assuré que les troupes internationales allaient commencer leur retrait du pays.

« Aujourd’hui, nous avons achevé le dernier cycle de dialogue avec la coalition internationale, qui a débuté l’année dernière, pour annoncer officiellement la fin des missions de combat des forces de la coalition et leur retrait d’Irak », a déclaré le conseiller irakien pour la sécurité nationale, Qasem al Arayi.

Al Arayi a déclaré dans un message sur son compte Twitter que « la relation avec la coalition internationale se poursuivra dans les camps de formation, de conseil et d’entraînement » pour les forces de sécurité irakiennes, sans donner plus de détails.

Le chef de la cellule de sécurité des médias, Saad Maan, a également souligné que la coalition internationale achèvera la transition vers des missions non combattantes d’ici la fin de l’année, avant d’ajouter que la coopération en matière de formation se poursuivra après cette date, comme le rapporte l’agence de presse irakienne INA.

De son côté, la coalition a confirmé qu’elle « a achevé sa transition vers une mission non combattante avant la fin de l’année, comme convenu » et a ajouté dans une déclaration sur son site officiel que « la nouvelle mission vise à conseiller, assister et former les forces irakiennes ».

« Demain, nous nous joindrons au peuple irakien pour célébrer le quatrième anniversaire de la victoire sur l’État islamique », a déclaré le commandant d’Inherent Resolve, John Brennan Jr, qui a salué le fait que « de nombreux hommes et femmes courageux ont donné leur vie pour s’assurer que l’État islamique ne revienne jamais ».

« Après la fin de notre rôle de combat, nous resterons ici pour conseiller, aider et former les forces de sécurité irakiennes, à l’invitation de l’Irak », a-t-il déclaré, soulignant que la coalition « est convaincue que les fruits d’un partenariat solide garantiront que l’État islamique ne se reconstituera pas ou ne menacera pas le peuple irakien ».

À cet égard, le commandant adjoint du commandement des opérations conjointes pour l’Irak, Abdulamir al Shamari, a qualifié la transition de succès et a renouvelé le partenariat avec la coalition, qui va désormais « servir dans une nouvelle capacité » pour aider les « courageux guerriers militaires irakiens ».

« Nos soldats ont prouvé leur capacité à maintenir la défaite de l’État islamique et nous nous tournons vers l’avenir avec l’espoir d’apporter la stabilité, la sécurité et la prospérité aux hommes et aux femmes d’Irak », a déclaré M. Al Shamari à l’issue des discussions techniques, qui visaient à conclure un accord mettant fin aux efforts de combat de la coalition le 31 décembre 2021.

Lire aussi:   M. Loukachenko assure le Belarus que ce dernier n'est pas impliqué dans l'opération militaire russe en Ukraine

Enfin, M. Brennan a noté que « nous avons parcouru un long chemin depuis que la coalition a répondu à un appel à l’aide » de l’Irak face à l’avancée de l’État islamique. « Dans cette nouvelle phase, notre partenariat transformationnel avec l’Irak symbolise la nécessité d’une vigilance continue. L’État islamique est vaincu, mais pas éliminé. Nous conseillerons et assisterons nos forces alliées pour permettre la protection du peuple irakien », a-t-il déclaré.

Les autorités irakiennes ont annoncé en décembre 2017 la défaite militaire de l’État islamique, bien que le groupe reste actif dans diverses régions du pays. Les tensions entre l’Irak et la coalition se sont accrues après la mort, en janvier 2020, du général Qasem Soleimani, chef de la force Quds des gardiens de la révolution iranienne, dans un bombardement américain à Bagdad.

Suite à cela, le parlement irakien a ensuite adopté une motion exigeant le retrait des troupes internationales et le gouvernement a temporairement suspendu la coordination avec la coalition, bien qu’elle ait été reprise plusieurs semaines plus tard pour maintenir les opérations contre l’État islamique.

Depuis lors, la coalition, dirigée par les États-Unis, a remis aux autorités diverses bases militaires où elle était présente pour affronter le groupe djihadiste, tout en soulignant que ce processus s’inscrivait dans le cadre d’un dialogue avec le gouvernement pour la transition après la fin des opérations de combat.

622703.1.260.149.20211209111613

Vidéo de l'actualité


La coalition souligne que « la nouvelle mission vise à conseiller, assister et former les forces irakiennes. »

Les autorités irakiennes ont annoncé jeudi la fin des « missions de combat » de la coalition internationale contre le groupe djihadiste État islamique et assuré que les troupes internationales allaient commencer leur retrait du pays.

« Aujourd’hui, nous avons achevé le dernier cycle de dialogue avec la coalition internationale, qui a débuté l’année dernière, pour annoncer officiellement la fin des missions de combat des forces de la coalition et leur retrait d’Irak », a déclaré le conseiller irakien pour la sécurité nationale, Qasem al Arayi.

Al Arayi a déclaré dans un message sur son compte Twitter que « la relation avec la coalition internationale se poursuivra dans les camps de formation, de conseil et d’entraînement » pour les forces de sécurité irakiennes, sans donner plus de détails.

Le chef de la cellule de sécurité des médias, Saad Maan, a également souligné que la coalition internationale achèvera la transition vers des missions non combattantes d’ici la fin de l’année, avant d’ajouter que la coopération en matière de formation se poursuivra après cette date, comme le rapporte l’agence de presse irakienne INA.

De son côté, la coalition a confirmé qu’elle « a achevé sa transition vers une mission non combattante avant la fin de l’année, comme convenu » et a ajouté dans une déclaration sur son site officiel que « la nouvelle mission vise à conseiller, assister et former les forces irakiennes ».

Lire aussi:   L'Italie prolonge jusqu'au 10 février la fermeture des discothèques et le port obligatoire du masque

« Demain, nous nous joindrons au peuple irakien pour célébrer le quatrième anniversaire de la victoire sur l’État islamique », a déclaré le commandant de la mission Inherent Resolve, John Brennan Jr, qui a salué le fait que « de nombreux hommes et femmes courageux ont donné leur vie pour que l’État islamique ne revienne jamais ».

« Après la fin de notre rôle de combat, nous resterons ici pour conseiller, aider et former les forces de sécurité irakiennes, à l’invitation de l’Irak », a-t-il déclaré, tout en soulignant que la coalition « est convaincue que les fruits d’un partenariat solide permettront à l’État islamique de ne pas se reconstituer ni de menacer le peuple irakien ».

À cet égard, le commandant adjoint du Commandement des opérations conjointes pour l’Irak, Abdulamir al Shamari, a qualifié la transition de succès et a renouvelé le partenariat de la coalition, qui va désormais « servir dans une nouvelle capacité » pour aider les « braves guerriers militaires irakiens ».

« Nos soldats ont prouvé leur capacité à soutenir la défaite de l’État islamique et nous nous tournons vers l’avenir avec l’espoir d’apporter la stabilité, la sécurité et la prospérité aux hommes et aux femmes d’Irak », a soutenu M. Al Shamari à l’issue des pourparlers techniques, qui visaient à conclure un accord mettant fin aux efforts de combat de la coalition le 31 décembre 2021.

Enfin, M. Brennan a noté que « nous avons parcouru un long chemin depuis que la coalition a répondu à un appel à l’aide » de l’Irak face à l’avancée de l’État islamique. « Dans cette nouvelle phase, notre partenariat transformationnel avec l’Irak symbolise la nécessité d’une vigilance continue. L’État islamique est vaincu, mais pas éliminé. Nous conseillerons et assisterons nos forces alliées pour permettre la protection du peuple irakien », a-t-il déclaré.

Les autorités irakiennes ont annoncé en décembre 2017 la défaite militaire de l’État islamique, bien que le groupe reste actif dans diverses régions du pays. Les tensions entre l’Irak et la coalition se sont accrues après la mort, en janvier 2020, du général Qasem Soleimani, chef de la force Quds des gardiens de la révolution iranienne, dans un bombardement américain à Bagdad.

Suite à cela, le parlement irakien a ensuite adopté une motion exigeant le retrait des troupes internationales et le gouvernement a temporairement suspendu la coordination avec la coalition, bien qu’elle ait été reprise plusieurs semaines plus tard pour maintenir les opérations contre l’État islamique.

Depuis lors, la coalition, dirigée par les États-Unis, a remis aux autorités diverses bases militaires où elle était présente pour affronter le groupe djihadiste, tout en soulignant que ce processus s’inscrivait dans le cadre d’un dialogue avec le gouvernement pour la transition après la fin des opérations de combat.

Article précédentL’Allemagne réitère son opposition au projet de la France de qualifier l’énergie nucléaire de « verte »
Article suivantLa gauche française rejette une proposition d’Anne Hidalgo de se joindre aux élections