Accueil Dernières minutes L'International L’INE du Mexique a reçu douze millions de signatures en faveur de...

L’INE du Mexique a reçu douze millions de signatures en faveur de la campagne de révocation de M. López Obrador.

0

Paris, 1er janv. (Cinktank.com) –

L’Institut national électoral (INE) du Mexique a reçu à ce jour 11 097 960 signatures de personnes demandant le référendum de révocation du président, comme le préconise le président lui-même, Andrés Manuel López Obrador.

Jusqu’à présent, moins de 1,5 million d’entre eux ont été vérifiés et 354 215 ont été écartés en raison d' »insuffisances ou d’irrégularités », comme le fait que la carte de vote présentée n’était pas valide, était illisible, que la photo était floue ou correspondait à une autre personne. Les autres sont en attente de vérification.

Pour le sénateur du parti Morena au pouvoir, César Cravioto, avec ce « mégacolchón de signatures qui ont été collectées, peu importe le nombre d’irrégularités détectées, il est impossible d’invalider huit millions de votes ».

En effet, il a souligné que « l’INE reconnaît que la petite partie qu’il a déjà examinée et dont il a corroboré l’authenticité des signatures représente la moitié des 3 % de la liste électorale du pays qui sont nécessaires pour réaliser la consultation, soit un peu plus de 2,8 millions de signatures ».

Lire aussi:   L'épouse d'El Chapo sera libérée de prison en 2023 après avoir été condamnée pour trafic de drogue

La Cour suprême de justice de la nation (SCJN) a obligé l’INE à poursuivre les préparatifs du référendum sur la continuité de Lopez Obrador, bien que l’organisme ait assuré qu’il ne disposait pas du budget suffisant pour réaliser le vote. Le parti au pouvoir, avec Lopez Obrador à sa tête, défend la nécessité de pouvoir convoquer le référendum, tandis que l’opposition prend position avec l’INE et refuse d’aller de l’avant sans plus de ressources.

Article précédentLes Émirats interdisent aux citoyens non vaccinés de quitter le pays
Article suivantLa France impose le port du masque aux enfants à partir de 6 ans dans les lieux publics