Accueil Dernières minutes Sport Linda Fruhvirtova est en huitième de finale à Miami : je n’arrive...

Linda Fruhvirtova est en huitième de finale à Miami : je n’arrive toujours pas à y croire !

0

Pardonnez à Linda Fruhvirtova si elle s’est sentie un peu étourdie vendredi après-midi. Il y a un an, elle a perdu au premier tour des qualifications ici à l’Open de Miami. Maintenant, elle est au troisième tour après une surprenante victoire 7-5, 2-6, 6-1 sur la tête de série n°20 Elise Mertens.

Surprenant, car elle est classée n°279 dans le monde. « Je veux dire, c’est certainement l’un de mes meilleurs tournois jusqu’à présent, je pense le meilleur », a-t-elle déclaré dans la spacieuse salle de presse située sous le Hard Rock Stadium.

« Je n’avais jamais joué contre des joueurs du Top 25 auparavant, et oui, c’est incroyable. « Je n’arrive toujours pas à y croire ». Avons-nous mentionné qu’il n’a que 16 ans ? Les objectifs de carrière de Mme Fruhvirtova sont extraordinairement élevés et inébranlables.

« J’ai toujours répondu à cette [pregunta diciendo] Que je veux atteindre le numéro 1 », a-t-il déclaré. « Je veux gagner des titres du Grand Chelem, ce qui n’a pas changé ». Avec les sœurs Williams qui jouent rarement ces jours-ci (elles recevront un Oscar dimanche soir) et la retraite soudaine d’Ashleigh Barty, le tennis professionnel féminin semble prêt à accueillir les joueuses émergentes.

Emma Raducanu a battu Leylah Fernandez en finale de l’US Open l’année dernière, dans un duo d’adolescentes inédit. Elles sont classées respectivement 13e et 22e, et sont toujours classées 19e.

Et puis il y a Coco Gauff, déjà classée 17e ; elle a eu 18 ans au début du mois. « Oui, je dirais sans aucun doute que le jeu est en train de changer en ce moment, des deux côtés, le côté féminin et le côté masculin des jeunes joueurs », a déclaré Gauff.

« Je dirais donc qu’il y a définitivement un changement de génération en ce moment. Oui, je suis heureux d’en faire partie. » Fruhvirtova, qui a bénéficié d’une wildcard, pourrait être la prochaine.

Lire aussi:   Rafael Nadal est un phénomène du tennis - Pérez-Barbadillo

Elle est la plus jeune joueuse à atteindre le troisième tour du tableau principal féminin de Miami depuis CiCi Bellis (15 ans) en 2015. Par coïncidence, Victoria Azarenka, son adversaire de dimanche, l’a également fait à 16 ans en 2006.

Il convient de noter qu’Azarenka a coché les deux cases de sa carrière, le classement n°1 et les titres du Grand Chelem, cités par Fruhvirtova. La plupart des jeunes de 16 ans, s’ils sont suffisamment doués, jouent dans un programme junior.

Après avoir remporté le titre 2019 aux Petits As, un tournoi junior de haut niveau en France, Fruhvirtova semblait prête à passer au niveau supérieur. La sœur de Fruhvirtova, Brenda, deux ans plus jeune, a remporté le titre des Petits As un an plus tard, devenant ainsi les premiers membres d’une même famille à remporter le titre deux années de suite.

Linda avait déjà remporté trois titres ITF et a décroché sa première victoire au niveau WTA il y a un an à Charleston, après l’abandon d’Alizé Cornet au premier tour. Elle s’est ensuite imposée face à Emma Navarro avant de s’incliner face à Astra Sharma en quart de finale.

En étant une joueuse junior du Top 5 à la fin de l’année 2021, Fruhvirtova a obtenu quatre « augmentations de tournoi méritées » en vertu de la règle d’éligibilité d’âge de la WTA à 16 ans, puis à 17 ans.

Elle peut donc jouer un maximum de 16 tournois à 16 ans et de 20 tournois à 17 ans. Contre Mertens, elle s’attendait peut-être à ce que la joueuse ayant un gros avantage en expérience l’emporte dans le troisième set.

Au lieu de cela, Fruhvirtova a remporté six des sept matchs. « J’ai perdu le deuxième set, mais je savais encore que je pouvais gagner ce match et continuer à jouer mon jeu et me concentrer sur moi-même », a-t-elle déclaré.

Lire aussi:   Maui Jim, fournisseur officiel de lunettes du PDD

« Il a eu quelques occasions au début du troisième set pour me briser, mais oui, c’est incroyable. C’est comme, est-ce que ça s’est vraiment passé ou est-ce que je rêve ? Fruhvirtova est un produit de l’excellent système de la République tchèque qui a produit de nombreux champions et a remporté six des onze derniers titres de la Billie Jean King Cup.

La République tchèque compte actuellement huit joueuses du Top 100 : Barbora Krejcikova (n° 4), Karolina Pliskova (n° 8), Petra Kvitova (n° 32), Marketa Vondrousova (n° 33), Tereza Martincova (n° 46), Katerina Siniakova (n° 53), Karolina Muchova (n° 74) et Marie Bouzkova (n° 87).

Ils ne devraient pas tarder à avoir de la compagnie. Brenda a mené l’équipe junior Billie Jean King de la République tchèque au titre 2021. Le mois dernier en Argentine, à l’âge de 14 ans, elle a remporté son troisième tournoi professionnel, devenant ainsi la plus jeune joueuse à remporter un titre ITF depuis six ans.

« Nous nous entraînons ensemble parfois », dit Linda. « Elle est manifestement très bonne. Nous jouons en double ensemble. Oui, j’ai hâte qu’elle joue aussi ces tournois et qu’on puisse être ici ensemble. « Oui, je pense qu’elle sera bientôt là. »

Linda essaie de devenir la plus jeune à gagner un match de quatrième tour ici depuis Tatiana Golvin en 2004. Bien qu’elle n’ait pas beaucoup de temps libre, Fruhvirtova a énuméré deux choses qu’elle aime en dehors du tennis : passer du temps avec sa sœur et faire du shopping.

Avec 54 400 $ déjà en banque pour avoir atteint le troisième tour et 50 000 $ supplémentaires en jeu contre Azarenka, l’avenir proche pourrait comporter beaucoup plus des deux.

Article précédentL’Irak commence à construire un mur à la frontière avec la Syrie face à la menace de l’État islamique
Article suivantLaporta : « Nous sommes plus qu’un club et nous allons aider les réfugiés ukrainiens ».