Accueil Dernières minutes L'International L’extrême droite portugaise invite le PSD à choisir entre eux ou le...

L’extrême droite portugaise invite le PSD à choisir entre eux ou le PS pour le portefeuille de la Justice

0

Paris :, 27 déc. (Cinktank.com) –

Le leader du parti d’extrême droite portugais Basta, André Ventura, a sommé le leader du Parti social-démocrate (PSD) conservateur, Rui Rio, de choisir entre lui-même et l’actuel Premier ministre et leader du Parti socialiste (PS), António Costa, pour occuper le ministère de la Justice.

« Rio va devoir choisir s’il préfère avoir António Costa ou André Ventura comme ministre de la Justice », a déclaré Ventura dans une interview au journal ‘Público’ et à Rádio Renascença.

Le leader Basta a ainsi affirmé avoir « tiré la leçon » de l’accord pour gouverner dans la région des Açores et n’acceptera de se mettre d’accord avec le PSD que s’il y a des postes gouvernementaux pour leur formation après les élections anticipées prévues le 30 janvier.

Si Rio choisit de gouverner dans une sorte de « grande coalition » avec le PS, « cela veut dire que le PSD choisit d’être un PS 2, une béquille du PS ». Pour l’instant, Rio exclut une coalition avec Basta, mais pour Ventura « on a déjà vu beaucoup d’irrévocables au PSD et au CDS », en référence au partenaire du PSD, le Centre populaire démocratique et social.

Quoi qu’il arrive, a expliqué Ventura, il maintiendra son même discours car le parti ne lui a demandé plus de modération dans aucun des deux récents congrès de la formation.

Lire aussi:   L'État de New York ordonne à 40 hôpitaux d'interrompre les opérations chirurgicales non essentielles en raison de l'augmentation des infections au COVID

Ventura a également évoqué les sondages qui « disent aujourd’hui que le PS gagnera les élections, le PSD restera et Basta sera la troisième force politique », il a donc opté pour « une majorité de droite » dont l’Initiative libérale. .

Article précédentCavani et De Gea sauvent le match nul de United à Newcastle
Article suivantIsraël demande à l’ONU d’intervenir suite à l’invitation du Liban à explorer la zone maritime contestée