Accueil Dernières minutes L'International Les téléphones des membres du département d’État américain ont également été espionnés...

Les téléphones des membres du département d’État américain ont également été espionnés avec le logiciel Pegasus.

0

Paris, 4 déc. (Cinktank.com) –

Les téléphones d’une douzaine d’employés du département d’État américain travaillant en Afrique ont également été espionnés à l’aide du logiciel Pegasus développé par la société israélienne NSO.

La chaîne de télévision CNN, citant deux sources au fait de l’affaire, a rapporté que le département d’État enquête déjà pour savoir qui a pu avoir accès aux documents prélevés sur les téléphones iPhone et comment ils ont pu être piratés. Ils sont également en contact avec Apple, qui fabrique les téléphones en question.

Une source a indiqué qu’il est possible que la situation ait été causée par des employés utilisant des téléphones « recyclés », mais que le logiciel soit resté sur les appareils même s’ils ont été nettoyés.

Le département d’État n’a pas encore confirmé que les téléphones ont été « piratés ». « Bien que nous ne puissions pas le confirmer, de manière générale, le département d’État prend au sérieux sa responsabilité de protéger ses informations et prend continuellement des mesures pour s’assurer qu’elles sont protégées », a déclaré un porte-parole de l’agence à CNN.

Entre-temps, un porte-parole de NSO a déclaré qu’une fois que la société a eu connaissance de l’incident, « elle a décidé de couper immédiatement l’accès des clients concernés au système en raison de la gravité des allégations ».

Lire aussi:   La police japonaise arrête un homme pour avoir tué un médecin d'un coup de feu rare

« À ce stade, nous n’avons reçu aucune information sur les numéros de téléphone ni aucune information sur les outils développés par NSO qui ont été utilisés dans cette affaire », a-t-il ajouté, avant d’assurer qu’il coopérerait avec toutes les autorités gouvernementales concernées et leur fournirait toutes les informations en sa possession.

Le logiciel Pegasus, développé par la société israélienne NSO, a été mis en lumière en août dernier lorsqu’une enquête du Washington Post a révélé une liste de 50 000 téléphones dans le monde susceptibles d’être ciblés par le logiciel. Parmi les utilisateurs de ces téléphones figurent notamment des journalistes, des militants et des hommes d’affaires.

Le logiciel Pegasus de NSO est utilisé pour accéder aux téléphones portables des terroristes, des trafiquants et des pédophiles, mais Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits de l’homme affirment qu’il a également été utilisé à d’autres fins par des gouvernements.

Article précédentWindows 11 facilite le changement de navigateur par défaut – voici comment faire
Article suivantLa République tchèque prépare un décret pour la vaccination obligatoire dans certains groupes de population