Accueil Dernières minutes Arts & Culture Les producteurs de films espagnols étudient les moyens de sortir de « l’ouragan »...

Les producteurs de films espagnols étudient les moyens de sortir de « l’ouragan » qui ravage le box-office : « C’est inquiétant ».

0

MADRID, 25 novembre (Cinktank.com) –

Mariela Besuievski, productrice de Tornasol et membre du conseil d’administration de l’AECINE (Asociación Estatal de Cine), a qualifié de « préoccupante » la situation actuelle des recettes des cinémas, mais elle prévient que les mesures visant à atténuer les pertes causées par l' »ouragan » de la pandémie mettront du temps à arriver.

 » La santé du box-office est préoccupante et constitue l’un des défis des prochains mois, mais nous devrons attendre, car créer une alarme à un moment où l’on est au milieu de l’ouragan est dangereux « , a déclaré M. Beuievski dans des déclarations à Europa Press lors de l’assemblée générale des producteurs indépendants européens qui s’est tenue à Madrid.

L’AECINE organise la rencontre de cette année, où la situation du secteur sera débattue pendant plusieurs jours, notamment sur des questions telles que le nouveau scénario audiovisuel, les défis des fenêtres d’exploitation et les productions durables. Les conclusions seront rendues publiques la semaine prochaine.

Il sera notamment question de la baisse des recettes au box-office au cours d’une année marquée, surtout dans les premiers mois, par des restrictions sanitaires. « C’est un fait objectif qu’il y a moins de spectateurs, mais aussi une alerte sanitaire. Nous devons demander de la patience, même si nous ne pouvons pas toujours être patients en raison des problèmes économiques », a déclaré le producteur.

Toutefois, M. Beuievski estime qu’il est « très difficile d’évaluer les mesures à prendre » à une époque qui « est encore pandémique ». « Il semblait que nous étions sur la voie de la sortie, mais nous pouvons voir que ce n’est pas le cas et ce que nous devons faire, c’est analyser avec des données ce qui se passe, ce qui va être fait et comment les spectateurs reviennent au cinéma », a-t-il ajouté.

Lire aussi:   Lancement du Realme 9 Pro 5G et du Realme 9 Pro+ 5G en Inde aujourd'hui : comment regarder le livestream et à quoi s'attendre ?

La société de production prévient que le panorama du secteur « a radicalement changé en très peu de temps » et qu’il se trouve à « un moment très déterminant ». C’est pourquoi ils attendent également des mesures législatives de la part du ministère de la culture et des sports, comme la nouvelle loi sur le cinéma prévue pour 2022.

« Le budget alloué à la production par le ministère est trop faible et n’a pas été suffisamment augmenté. Nous devons analyser et voir ce qui va se passer avec la loi sur le cinéma, car nous n’avons toujours pas vu de projet et nous sommes censés être à moins d’un an de sa sortie », a-t-il souligné.

M. Beuievski a rappelé que « rien n’a été modifié » en ce qui concerne le financement de la production par la Culture, alors qu' »ils avaient demandé à le porter à 100 millions d’euros ». « En outre, de nombreux films aux noms très importants sont exclus de l’aide chaque année », a-t-il averti.

Lire aussi:   Lancement du projecteur domestique Optoma UHZ50 avec résolution 4K et taux de rafraîchissement de 240 Hz

En tout état de cause, il se félicite de mesures telles que le fonds de 10,5 millions d’euros récemment annoncé pour promouvoir les films dans les langues co-officielles, inclus dans le budget. « Pour le secteur, toute mesure qui augmente l’argent est toujours positive, mais elle doit être accompagnée d’une somme de mesures », a-t-il déclaré.

AECINE et CEPI, avec le soutien de l’EGEDA, ont organisé trois groupes de travail dans lesquels différents sujets seront abordés par des professionnels du cinéma et de la télévision, ainsi que des représentants institutionnels, des producteurs, des responsables de plateformes et de télévisions, des exploitants, des distributeurs et des experts en production durable.