Accueil Dernières minutes L'International Les Nations unies sont invitées à débloquer les fonds destinés à l’Afghanistan...

Les Nations unies sont invitées à débloquer les fonds destinés à l’Afghanistan par crainte d’une crise humanitaire de plus grande ampleur.

0

Paris :, 26 janvier (Cinktank.com) –

Les Nations unies ont appelé la communauté internationale à débloquer les fonds économiques et financiers destinés à l’Afghanistan, alors que l’on craint une aggravation de la situation humanitaire dans ce pays d’Asie.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est adressé au Conseil de sécurité, où il a prévenu que, six mois à peine après la prise de pouvoir par les talibans, « l’Afghanistan ne tient qu’à un fil ».

M. Guterres s’est dit préoccupé par l’arrivée d’un « autre hiver brutal » qui plongera les familles afghanes dans « un enfer glacial » marqué par des vents violents, le froid et la neige et les obligera même à brûler leurs biens pour se réchauffer.

Outre l’urgence sanitaire causée par le coronavirus, la population est également confrontée à d’autres types de maladies qui, selon l’ONU, pourraient être évitées, comme la rougeole et la diarrhée, entre autres.

Tout cela, ajouté à la situation délicate en matière d’éducation – des millions d’enfants ne vont pas à l’école et 70 % des enseignants ne sont pas payés -, d’alimentation – plus de la moitié des Afghans sont confrontés à des niveaux extrêmes de faim – et d’accès à l’eau potable, fait de l’Afghanistan un pays en situation d’urgence humanitaire.

Lire aussi:   Les États-Unis imposent des sanctions à trois autres hommes et à une douzaine de sociétés accusés de financer le Hezbollah.

À ce stade, M. Guterres a averti que « l’économie subit son propre hiver rigoureux » et a souligné le danger réel que la monnaie afghane, l’afghani, puisse tomber en « chute libre » et entraîner une perte de 30 % du PIB.

Dans ce contexte, M. Guterres a déclaré que la communauté internationale et le Conseil de sécurité « doivent mettre la main sur le volant du progrès, fournir des ressources et empêcher l’Afghanistan de tomber davantage en chute libre ».

Ainsi, les Nations unies estiment qu’il est essentiel de renforcer les opérations humanitaires sur le terrain et de « suspendre les règles et les conditions qui restreignent non seulement l’économie de l’Afghanistan, mais aussi les opérations de sauvetage ».

« En cette période de besoin maximal, ces règles doivent être sérieusement révisées », a reconnu M. Guterres, qui a souligné que les fonds internationaux pouvaient payer les salaires des travailleurs publics « vitaux pour le fonctionnement des systèmes » et « fondamentaux pour l’avenir » du pays.

Lire aussi:   Les États-Unis offrent une récompense de plus de 4,4 millions d'euros pour un membre présumé du cartel mexicain de Jalisco

Pour le chef de l’ONU, il est urgent de lever ce blocus pour éviter un effondrement définitif de l’économie afghane, qui ne ferait qu’aggraver ses besoins et inviterait la population à procéder à un « exode massif ».

D’autre part, le Secrétaire général des Nations Unies a exprimé sa préoccupation concernant les arrestations arbitraires et les récents enlèvements de femmes activistes, à propos desquels il a lancé un « appel fort pour leur libération ».

Il s’est également inquiété du fait qu’avec l’arrivée au pouvoir des talibans, le peuple afghan, en particulier les femmes, a « perdu son pays du jour au lendemain » et que ses efforts de progrès se sont « évanouis en un clin d’œil ».

L’ONU a demandé à ses donateurs plus de 4,4 milliards d’euros pour répondre aux besoins humanitaires de la population afghane, soit le montant le plus important jamais demandé.

Article précédentLe ministre français des Affaires étrangères se rendra à Kiev avec son homologue allemand dans les « prochains jours »
Article suivantEssayez ces petits déjeuners crus et rapides pour une matinée riche en nutriments.