Accueil Dernières minutes L'International Les ministres des affaires étrangères de l’UE et de l’OTAN étudieront ce...

Les ministres des affaires étrangères de l’UE et de l’OTAN étudieront ce vendredi les prochaines étapes avant l’invasion russe

0

Travail de sauvetage après une attaque russe à Kiev, la capitale de l'Ukraine.


Travail de sauvetage après une attaque russe à Kiev, la capitale de l’Ukraine. – -/Page Facebook officielle de l’Ukraine / DPA

Vivre | Crise en Ukraine

BRUXELLES, le 3 mars. (EUROPE PRESS) –

Les ministres des affaires étrangères de l’Union européenne et de l’OTAN discuteront ce vendredi des prochaines mesures à prendre au niveau politique et militaire face à l’invasion russe de l’Ukraine, après que la Commission européenne a avancé qu’elle étudiait de nouvelles séries de sanctions contre Moscou.

Dans la perspective des réunions de vendredi, toutes les options sont sur la table, ont souligné des sources diplomatiques, pointant la fermeture des ports aux navires russes ou l’approbation de nouvelles listes noires d’oligarques et de collaborateurs de Poutine comme d’éventuelles sanctions à venir contre la Russie.

L’idée est de redoubler de pression face à l’évolution des événements en Ukraine, une réponse au niveau européen que Bruxelles considère comme un jalon pour l’unité et la rapidité dans la prise de mesures, ainsi que pour leur force. « Poutine et la Chine sont impressionnés par le travail que nous faisons », ont indiqué les sources consultées.

Lire aussi:   Les États-Unis opposent leur veto à l'entrée du chef de cabinet de Bukele pour corruption pendant la pandémie.

Ce vendredi premier, une réunion des ministres de l’OTAN aura lieu pour discuter au sein de l’Alliance atlantique de l’évolution de la guerre en Ukraine et étudier les moyens de renforcer la défense collective en pleine offensive russe totale.

Sur la table sera le déploiement des Forces de réaction rapide de l’OTAN, des unités mobilisées pour la première fois dans une crise sécuritaire pour redoubler la présence de l’organisation militaire sur le flanc Est.

À cette fin, 500 soldats français ont déjà été déployés en Roumanie, en réaction alliée à l’agression russe. Les troupes françaises seront la partie centrale de ces unités composées de 40 000 hommes avec la capacité de se déployer dans n’importe quel scénario en cinq jours.

Le même jour, dans l’après-midi, se tiendra un Conseil Affaires étrangères, qui réunit les Vingt-Sept, avec la participation du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et du secrétaire d’État américain, Antony Blinken ; et la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss ; et du Canada, Mélanie Joly.

Lire aussi:   Le ministère des Affaires étrangères de l'Ukraine convoque son chargé d'affaires en Russie pour des consultations

L’idée est de poursuivre une coopération étroite avec l’OTAN au niveau de l’UE face à la crise en Ukraine, et cette étape intervient quelques jours après que les Vingt-sept ont convenu d’envoyer des armes à l’Ukraine par le biais du mécanisme européen de paix, qui paiera d’abord la livraison d’équipement létal à un pays en guerre.

Bien que l’UE et l’OTAN aient apporté un soutien politique et militaire à Kiev pour repousser l’attaque russe, elles ont clairement indiqué qu’elles n’interviendraient pas directement dans la guerre. Jens Stoltenberg a exclu cette semaine que la Pologne envoie des avions de chasse ou des troupes en Ukraine, assurant que l’Otan « ne fera pas partie du conflit ».

En attendant, l’UE étudie comment livrer les armes à l’Ukraine de manière à ce que cela ne soit pas interprété comme une ingérence. « Nous ne sommes pas des ennemis de la Russie, mais des amis de l’Ukraine et nous envoyons des armes pour sa défense », a souligné le haut responsable européen.

Article précédentPellegrini : « Nous devons célébrer cette grande réussite ».
Article suivantLes États-Unis annoncent la reprise « limitée » de certains services de l’ambassade américaine à Cuba