Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis sanctionnent un homme d’affaires libanais et plusieurs de ses sociétés...

Les États-Unis sanctionnent un homme d’affaires libanais et plusieurs de ses sociétés pour avoir « facilité le financement » du Hezbollah.

0

Paris, 20 mai (Cinktank.com) –

Le gouvernement américain a annoncé des sanctions à l’encontre d’un homme d’affaires libanais pour avoir prétendument « facilité les finances » de la milice chiite du Hezbollah, considérée comme un groupe terroriste par les États-Unis et Israël, quelques jours après que le groupe et ses alliés ont perdu leur majorité au Parlement à l’issue des élections législatives de dimanche.

Le département du Trésor a indiqué que la personne sanctionnée est Ahmad Yalal Reda Abdullah, ajoutant que cinq de ses « associés » et huit de ses sociétés au Liban et en Irak ont également été sanctionnés, selon un communiqué publié sur le site web de l’agence.

« Cette action démontre le modus operandi du Hezbollah qui utilise des entreprises ostensiblement légitimes comme couverture pour générer des revenus et réaliser des investissements commerciaux dans une multitude de secteurs afin de financer secrètement le Hezbollah et ses activités terroristes », a-t-il déclaré.

Cela démontre également à quel point le Hezbollah va créer des entreprises avec une structure de propriété opaque pour cacher son implication dans ces entreprises et son implication dans des activités criminelles, comme la modification des étiquettes de médicaments pour les vendre au marché noir », a-t-il déclaré.

« Le Hezbollah a construit un réseau de sociétés pour cacher ses activités et générer des fonds pour ses activités déstabilisantes au détriment de la responsabilité et de la sécurité publique au Liban et dans la région », a déclaré le sous-secrétaire au terrorisme et au renseignement financier du département du Trésor, Brian Nelson.

Lire aussi:   Londres retire la vaccination obligatoire pour le personnel de santé

Le Hezbollah affirme que les élections législatives n’ont pas permis de dégager une majorité claire au Liban et appelle à la « coopération ».

« La désignation de ce réseau démontre l’engagement des États-Unis à protéger le secteur privé et le système financier libanais des abus du Hezbollah en ciblant et en exposant les activités financières du groupe », a-t-il déclaré.

Dans cet ordre d’idées, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a souligné que les sanctions visent à « lutter contre l’exploitation des entreprises par le Hezbollah pour financer ses activités terroristes et ses efforts pour déstabiliser le Liban et la région dans son ensemble ».

Article précédentQuelques vols de SpiceJet bloqués à l’aéroport de Delhi en raison d’un retard dans le paiement quotidien à l’AAI
Article suivant8 trains reliant l’UP, le MP, le Rajasthan et le Maharashtra seront dotés d’une troisième voiture AC supplémentaire