Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis sanctionnent M. Loukachenko et son épouse pour corruption et violations...

Les États-Unis sanctionnent M. Loukachenko et son épouse pour corruption et violations des droits de l’homme.

0

Alexander Lukashenko, président du Belarus, pose avec la nouvelle constitution.


Alexander Lukashenko, président du Belarus, pose avec la nouvelle constitution. – PRÉSIDENCE DU BÉLARUS

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine.

Paris, 15 Mar. (Cinktank.com) –

Le gouvernement américain a annoncé mardi des sanctions à l’encontre du président bélarussien Alexandre Loukachenko et de son épouse, dans le cadre d’une série de mesures contre des personnes bélarussiennes et russes avec lesquelles Washington veut sanctionner la corruption et les violations des droits de l’homme.

Le département du Trésor américain a affirmé que M. Lukashenko a utilisé son pouvoir au profit de personnes en qui il avait confiance, prétendument en échange de son propre enrichissement. Il a ainsi facilité l’activité commerciale et même la contrebande, dans un réseau que Washington étend également à la famille du président biélorusse.

D’autre part, le régime bélarussien a pris des mesures pour punir ceux qui n’étaient pas d’accord avec la ligne officielle, par exemple en inspectant les entreprises qui remettaient en cause le résultat des élections controversées de 2020 ou en faisant pression sur les propriétaires pour qu’ils augmentent leurs loyers.

Lire aussi:   L'Allemagne touche 56 000 nouvelles infections et près de 270 nouveaux décès au cours des dernières heures

La directrice de l’Office of Foreign Assets Control du Trésor américain, Andrea Gacki, a déclaré que les sanctions telles que celles adoptées mardi démontrent l’engagement de l’administration de Joe Biden à imposer des mesures « concrètes et significatives » contre les dirigeants étrangers qui se livrent à des activités de corruption et violent les droits de l’homme.

Ainsi, bien que les sanctions ne soient pas strictement liées à l’actuelle offensive militaire russe en Ukraine, dans laquelle Loukachenko s’est clairement rangé du côté de la Russie, M. Gacki a saisi l’occasion pour appeler à la fin de cette « guerre brutale » et condamner les attaques contre les couloirs humanitaires.

La liste du Trésor comprend également les noms de la juge russe Natalia Mushnikova, pour son implication dans le complot visant à dissimuler les abus présumés du militant Sergei Magnitsky, décédé en 2009, et de plusieurs fonctionnaires liés à la persécution des dirigeants tchétchènes de l’ONG Memorial.

Lire aussi:   Pour la première fois en trois mois, Israël signale près de 3 000 cas de coronavirus en une journée
Article précédentLes procureurs russes demandent 13 ans de prison dans le procès de Navalni
Article suivantNelly Korda, contrainte de se rendre à l’hôpital en Floride