Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis réitèrent leur volonté de fermer la prison de Guantánamo et...

Les États-Unis réitèrent leur volonté de fermer la prison de Guantánamo et reconnaissent qu’il y a « une tache morale ».

0

Paris, 7 janv. (Cinktank.com) –

Le gouvernement américain a réaffirmé sa volonté de fermer le centre de détention de Guantánamo, à Cuba, près de 20 ans après le transfert des premiers détenus dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme » lancée à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

« Nous restons attachés à la délibération et à un processus global axé sur la réduction responsable de la population des détenus de Guantanamo Bay et, à terme, sur la fermeture de l’installation », a déclaré le porte-parole du département d’État américain, Ned Price.

M. Price a reconnu qu’il y a « une tache morale associée à ces installations » et a souligné que Washington « cherche à identifier les pays appropriés vers lesquels transférer (les prisonniers) et à négocier des accords de transfert ».

Le porte-parole du département d’État a souligné qu’il cherche également à obtenir « des garanties de sécurité et de traitement humain pour les détenus dont le Bureau d’examen périodique (PRB) détermine que la loi sur les détenus de guerre n’est pas nécessaire pour assurer la protection contre une menace permanente et importante pour la sécurité des États-Unis ».

« Dans ce processus, le PRB détermine qu’un détenu a été jugé éligible pour un transfert et peut recommander des pays où il sera envoyé, mais ne détermine pas où il sera envoyé », a expliqué Price, ajoutant que le département « est en contact régulier avec des pays du monde entier » pour ces transferts, dans le but de « fermer » Guantánamo.

Lire aussi:   Bruxelles propose d'assouplir les règles en matière de drogue mais ne parvient pas à débloquer l'impasse sur le protocole irlandais

Les remarques de M. Price sont intervenues un peu plus d’une semaine après que le président américain Joe Biden a demandé au Congrès de lever les restrictions au transfert des prisonniers de Guantánamo après avoir signé la loi fédérale sur le budget, les dépenses et la politique du ministère de la défense.

Le National Defense Authorization Act, qui prévoit un budget de 770 milliards de dollars (environ 680 milliards d’euros), a été critiqué par Biden – malgré sa signature – pour avoir inclus des dispositions qui empêchent le transfert de prisonniers vers d’autres prisons, à l’intérieur et à l’extérieur du pays, et, avec lui, leur fermeture.

« La loi continue d’interdire l’utilisation de fonds pour transférer des détenus de Guantanamo Bay à la garde ou au contrôle effectif de certains pays étrangers (…) et interdit également l’utilisation de fonds pour transférer des détenus de Guantanamo Bay aux États-Unis, sauf si certaines conditions sont remplies », a souligné M. Biden.

Lire aussi:   Un délinquant sexuel qui représente un "risque réel" pour le public s'évade d'une prison britannique
Article précédent4 façons de faire durer votre coloration plus longtemps
Article suivantJon Rahm :  » Le fils de Tiger Woods est meilleur que moi « .