Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis expriment leur « grave préoccupation » face aux arrestations et aux meurtres...

Les États-Unis expriment leur « grave préoccupation » face aux arrestations et aux meurtres massifs de Tigréens en Éthiopie.

0

Paris, 17 déc. (Cinktank.com) –

Les États-Unis ont exprimé vendredi leur « grave préoccupation » face aux arrestations massives, aux meurtres et aux expulsions forcées de Tigréens dans l’ouest du Tigré par les forces de sécurité de la région d’Amhara, dans un contexte d’escalade du conflit qui fait craindre une guerre nationale entre les rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TFLP) et les forces gouvernementales.

Dans un communiqué, le porte-parole du département d’État américain a appelé les dirigeants de l’Amhara à « renoncer à la violence contre les civils ». Selon les chiffres de l’ONU, 1,2 million de personnes ont été déplacées de force de l’ouest du Tigré depuis le début du conflit en novembre 2020.

Séparément, Washington a réitéré son appel à l’Érythrée pour qu’elle « retire ses forces d’Éthiopie », tout en exhortant les autorités éthiopiennes à enquêter sur les rapports pour déterminer la véracité des arrestations et des violences à l’encontre des Tigréens, tout en appelant à un engagement en faveur de « processus inclusifs et transparents pour que les auteurs répondent de ces actes ».

Lire aussi:   M. Biden souligne que les États-Unis sont prêts à répondre de manière "décisive" à M. Zelenski en cas d'attaque russe contre l'Ukraine.

En outre, elle a souligné l’appel lancé à tous les acteurs armés en Éthiopie pour qu’ils « renoncent à la violence contre les civils et y mettent fin », tout en demandant instamment la cessation des hostilités, ainsi que la fin « immédiate » des abus et des violations des droits de l’homme.

Enfin, M. Price a appelé à des négociations sans conditions préalables, tout en demandant instamment un accès humanitaire  » sans entrave  » et un dialogue national inclusif.

Plus tôt ce vendredi, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a annoncé le lancement d’une enquête internationale sur les violations des droits de l’homme commises par tous les participants à la guerre en Éthiopie, en commençant par les deux principaux participants : l’armée éthiopienne et le TFLP.

À son tour, l’ONU a mis en garde contre l’impact « de plus en plus dramatique » de la guerre sur les besoins humanitaires dans ce pays africain, tout en dénonçant l’arrestation de milliers de personnes, principalement des Tigréens, depuis la déclaration de l’état d’urgence.

Lire aussi:   Un arrêté en Allemagne pour falsification de 400 certificats de vaccination
Article précédentLa Corée du Nord appelle à la « confiance absolue » en Kim Jong Un dix ans après son arrivée au pouvoir
Article suivantGuardiola attend de savoir s’il sera en mesure de diriger City ce dimanche après un test non concluant.